Ateliers techniques

reg-ateliers-techniques

Un des deux objectifs opérationnels du projet INTEGRE a été le renforcement de la coopération régionale en matière de gestion intégrée des zones côtières. Pour y répondre, de nombreuses activités ont été menées au cours des 4 années du projet.

Ainsi, 12 ateliers régionaux ont été organisés au cours de la durée du projet. Huit ateliers sur des thématiques "techniques / sectorielles" choisies par les territoires (tourisme durable, gestion des déchets, gestion participative des pêches, agriculture biologique, évaluation environnementale...) et quatre à portée plus "méthodologique" (atelier de lancement, plan de GIZC, programmation du 11eme FED...). Ces ateliers visaient à renforcer le lien entre les PTOM à travers un partage d'expériences liées à la mise en œuvre du projet INTEGRE. Avec un budget de près de 800 000 euros, ces ateliers ont permis de réunir 537 personnes qui ont parfois participés à plusieurs ateliers. Au total, 24 pays et territoires du Pacifique, des organisations régionales et des pays européens ont été mobilisés.

Points principaux à retenir de ces ateliers :

  • Près de 59% des personnes participaient pour la première fois à une action de coopération régionale ;
  • Les participants venaient avant tout pour découvrir de nouvelle pratiques sans attente précise (70%), élargir leur réseau professionnel (60%), ou acquérir des informations précises (60%) ;
  • Ces ateliers ont renforcé les partenariats régionaux puisque 65% des participants ont repris contact avec des personnes rencontrées lors de ces échanges et 44% des participants ont engagés des actions sur leur territoire suite aux ateliers ou ont l'intention de le faire.

 

IMG 20140218 103141

Cet atelier de lancement s'est tenu au siège de la CPS à Nouméa du 18 au 20 Février 2014 et a réuni une quarantaine de participants : services responsables de chacun des sites pilotes, experts de la gestion intégrée et de différents domaines d'importance dans les îles du Pacifique (déchets, agriculture, pêche, transport maritime...), ONG.

A travers des présentations, des séances d'échanges et des ateliers en petits groupes, les services impliqués ont pu acquérir une meilleure connaissance mutuelle de leurs problématiques, partager leur vision du projet INTEGRE, et bénéficier du retour d'expérience des experts présents, ainsi que d'informations sur des réseaux régionaux existants et les expertises disponibles dans le domaine du développement durable.

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le compte-rendu de cet atelier de lancement.

Présentations réalisées lors de l'atelier :

illustration-ateliertechnq-noumea                                                             

1

Cet atelier s'est tenu du 23 au 27 février 2014 à Papeete et avait pour thématique « la gestion intégrée et le tourisme durable ».

59 personnes ont participé à cet atelier :

  • Acteurs locaux de chacun des quatre PTOM, et également d'autres pays de la zone, venant faire part de leur expérience (comme Hawaï ou Fidji) : GIE Tahiti tourisme, GIE Bora-Bora activités,
  • Groupements nationaux ou internationaux, notamment le South Pacific Tourism organisation (SPTO), le réseau des CCI France, les GIE spécialisés dans les pays concernés, l'UNESCO, Earth-Check Asie-Pacifique,...
  • Experts ayant travaillé sur le sujet et pouvant faire part de leurs analyses, ou ayant accompagné des expériences qu'ils pouvaient ainsi partager : Griffith University (Australie), Université de Nouvelle-Calédonie, Archipelagoes (Polynésie française), Parcs nationaux de France ...

Il a permis des échanges de savoirs et savoir-faire entre les participants, d'apporter des réponses d'experts aux questions des acteurs et, in fine, de proposer des lignes directrices à l'attention des décideurs. L'exploitation en a notamment été faite dans le cadre du développement de la politique sectorielle financée par le 11eme FED territorial.

La notion de "tourisme durable" se base sur les trois piliers du développement durable: c'est un tourisme qui participe au développement des populations et des territoires d'accueil tout en contribuant aux enjeux du XXIe siècle : lutte contre les changements climatiques, protection de la biodiversité et des milieux fragiles et lutte contre les atteintes aux droits humains.

Autour d'études de cas issues de l'expérience de chacun des PTOM acteurs d'INTEGRE, les quatre thématiques centrales suivantes ont été traitées :

  • La « mise en tourisme » d'une île, en prenant en compte ses spécificités environnementales, sociales et économiques : comment mettre en valeur le pays ou la région en garantissant un développement harmonieux, des retombées positives pour la population et la durabilité des projets ?
  • La gestion des afflux de croisiéristes : comment à la fois profiter de ces arrivées massives sources de devises et préserver la qualité des sites ?
  • La prise en compte et la valorisation de l'histoire et de la culture : comment non seulement les préserver, mais aussi en faire une force ?
  • La conception et la gestion de grands projets : comment accueillir un grand nombre de visiteurs tout en respectant les trois piliers du développement durable ?

De plus, des témoignages des PTOM et des autres pays de la région et des experts ont pu faire part de leurs analyses. Plusieurs séances de discussions se sont tenues en lien notamment avec les thématiques de l'adhésion des professionnels et les outils disponibles (table ronde), les enjeux côtiers et marins, l'implication des communautés...

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport Tourisme Durable et Gestion Intégrée des Zones Côtières.

Spécification des étude de cas

Case studies specifications

Présentations réalisées lors de l'atelier :

 En savoir + ›› Atelier régional " Tourisme Durable et Gestion Intégrée des Zones Côtières"

Atelier plan de GIZC 2015

Cet atelier s'est tenu du 28 septembre au 1er octobre 2015 à Nouméa et avait pour thématique « l'élaboration et la mise en oeuvre des plans de gestion participatifs ».

Regroupant 31 participants de Nouvelle Calédonie, de Polynésie française et de Wallis-et-Futuna, il avait pour objectifs :

  • Obtenir un retour d'expériences sur les différentes phases liées à un plan de gestion intégré
  • Apporter un appui concret aux situations particulières de chaque site INTEGRE afin de maximiser les chances de succès des plans de gestion en cours
  • Contribuer à l'existence informelle d'un réseau de gestionnaires de territoires français du Pacifique
  • Débuter le travail de capitalisation du projet INTEGRE sur les plans de gestion intégrée des zones côtières

Les discussions des groupes et leur analyse ont permis de dégager les principaux éléments d'articulation des dynamiques qui ont conduit progressivement à l'élaboration et la mise en oeuvre des plans de gestion intégrée des zones côtières.

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport Elaboration et mise en oeuvre des plans de gestion participatifs.

group photo 02

Cet atelier s'est tenu du 18 au 22 Avril 2016 à Nouméa et avait pour thématique « la gestion des déchets ».

La question des déchets dans la zone Pacifique
Les petits états et pays insulaires du Pacifique, de par leurs caractéristiques sociales, économiques et écologiques (isolement, superficie réduite, l'éloignement, ressources humaines faibles, densité de population...) sont confrontés à des défis en termes de gestion des déchets.

Une gestion satisfaisante des déchets représente un enjeu majeur pour le développement durable des États et Territoires insulaires océaniens du fait des répercussions qu'une mauvaise gestion des déchets peut avoir sur l'environnement, sur la santé publique, la qualité de la ressource en eau, les pêcheries, l'agriculture, le tourisme et la qualité de vie en général.

Les thématiques abordées lors de l’atelier
Cet atelier technique a permis de partager et d’analyser les expériences menées dans les pays du Pacifique en matière de gestion des déchets afin de les aider à identifier des systèmes de gestion des déchets efficaces et autosuffisants, protecteurs de la santé publique et de l’environnement, tout en stimulant la croissance économique.

L’atelier technique a proposé des retours d’expérience ainsi que des travaux collectifs concrets pour permettre aux participants de progresser sur les sujets suivants :

  • Législation et gouvernance
  • Systèmes de gestion des déchets : considérations financières et économiques
  • Déchets particuliers et dangereux
  • Implication des populations dans la réduction et la gestion des déchets et actions de sensibilisation
  • Décharges

Il a ainsi permis à des experts du secteur des déchets venus de PTOM anglophones et francophones, d'échanger des informations et des données d'expériences sur les enjeux techniques, juridiques et financiers entourant le renforcement de la prévention et de la gestion des déchets. Les 43 participants (Nouvelle Calédonie, Polynésie française, Fidji, Samoa, Micronésie, PROE) ont pu mettre en commun et analyser les pratiques optimales en la matière. L'atelier aura également permis de renforcer les réseaux et la coopération en matière de gestion des déchets aussi bien au niveau local que régional.

                                atelier dechet wallis atelier region

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport Atelier Technique Régional sur la gestion des déchets.

Présentations réalisées lors de l'atelier :

En savoir + ›› 2ème atelier technique régional : « la gestion intégrée des déchets dans le Pacifique »

Atelier ERC

Cet atelier s'est tenu du 06 au 08 Novembre 2016 à Fidji et avait pour thématique « l'évaluation environnementale et la séquence Eviter, Réduire, Compenser ».

Regroupant 56 participants de la région Pacifique et organisé avec le projet RESCCUE et le PROE, il était composé d'une journée de formation et de deux jours d'atelier.

La journée de formation sur la séquence ERC et la compensation écologique avait pour objet de réunir le personnel des gouvernements et administrations, les ONG et les bailleurs/prêteurs qui interviennent dans la séquence ERC en Océanie.

Cet atelier a permis d'acquérir :

  • Une connaissance pratique de la séquence ERC, notamment de la compensation écologique et des meilleures pratiques internationales ;
  • Une bonne connaissance de l'état des lieux de la séquence ERC et de ses possibilités aux niveaux national et régional ;
  • Une vaste expérience des politiques et des pratiques relatives à la séquence ERC, dans la région et dans le monde.

Il a permis des échanges entre les participants, notamment sur la séquence ERC et la compensation écologique, sur les approches visant à réguler et à encourager la séquence ERC, sur les principes et les bonnes pratiques de compensation écologique, sur les mesures de sauvegarde des prêteurs, sur les cadres nationaux de compensation, sur les conditions favorables à des dispositifs ERC efficaces et de constituer des travaux de groupes pour élaborer une politique nationale de séquence ERC.

 Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans les rapports suivants :

Mitigation hierarchy and biodiversity offsets in the Pacific : A review

Provisional roadmaps for strengthening mitagation huierarchy and offsets in the Pacific

Report on Biodiversity Mitigation Hierarchy training day and roadmap workshop.

 atelier cogestion des ressources lagonaires photo de groupe

Cet atelier s'est tenu du 10 au 13 avril 2017 à Papeete et avait pour thématique "la gestion participative des pêches lagonaires en Polynésie".

Les objectifs de cet atelier qui a regroupé plus de 60 participants (de Nouvelle Calédonie, de Polynésie française, de Wallis-et-Futuna, des Cook, de Hawaii, de Nouvelle-Zélande, de Fiji, de l'île de Paques, de Samoa, American Samoa, de Tonga, de Tuvalu) étaient de :

  • Partager les expériences de gestion participative de la pêche en particulier au sein des pays polynésiens ;
  • Explorer la mise en place de réseaux nationaux et régionaux d'assistance mutuelle entre communautés de pêcheurs, de techniciens et d'experts ;
  • Développer des protocoles et recommandations pour la gestion participative de la pêche lagonaire en Polynésie française ;
  • Elaborer un message à destination du Groupe de Leaders Polynésiens sur l'importance de la pêche lagonaire pour les populations et les opportunités de collaboration régionale dans ce domaine.

Les enseignements tirés par la Polynésie française au cours de l’atelier :

Le premier objectif de cet atelier était de rassembler les expériences de cogestion polynésiennes afin d’appuyer la Direction des Ressources Marines et Minières de Polynésie française dans la mise en œuvre de cette démarche débutée initiée depuis peu. A l’issue de l’atelier, la DRMM a pu présenter les enseignements retirés des 4 jours de rencontres et d’échanges.

Concernant la mise en œuvre concrète de la gestion participative des pêches, cinq grandes étapes ont été proposées qui comportent chacune des enjeux auxquels doivent être apportées des réponses les plus pragmatiques possible :

  1. Définition des acteurs ou de la communauté : L’enjeu principal d’une bonne gestion des ressources est la gestion du facteur humain.
  2. Planification : L’enjeu est de définir des objectifs et des mesures formalisées avec la bonne méthode et les bons outils.
  3. Mise en œuvre : Le principal enjeu est de fixer la limite de la participation en fonction de la volonté et des compétences des communautés et des moyens humains, financiers et réglementaires de l’administration.
  4. Suivi, évaluation, adaptation : Le principe est d’aller à l’essentiel et ne pas viser l’exhaustivité.
  5. Mise en réseau : L’enjeu ici est de parvenir à changer d’échelle. Le réseau n’a pas tant d’importance si le nombre de sites est très restreint.

L’ensemble des expériences partagées sur la mise en œuvre de la cogestion de la pêche lagonaire dans les pays polynésiens, dont certaines ont débuté il y a quasiment 20 ans, montre qu’elle constitue une démarche adaptée au contexte océanien. En effet, elle permet de prendre en compte les savoirs locaux, de laisser aux communautés le choix de leur gestion et finalement de les responsabiliser dans sa mise en œuvre. Plusieurs expériences évoquent des résultats significatifs en termes de stocks de ressources avec des augmentations observées ou perçues mais également une meilleure appropriation de la question environnementale, du fonctionnement des écosystèmes et des facteurs qui les menacent par les communautés.

Sur la base des échanges tenus lors de l’atelier, une proposition de déclaration à destination du groupe des leaders polynésiens a été rédigée et validée par l’ensemble des représentants des pays polynésiens présents à l’atelier. Cette déclaration rappelle la nécessité de mettre en œuvre, et par conséquent de consacrer les moyens nécessaires à une gestion locale, participative et partagée des ressources lagonaires, afin de contribuer à la sécurité alimentaire des populations. Elle encourage également une plus grande coopération entre les pays polynésiens.

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport sur la gestion participative des pêches lagonaires en Polynésie.

Cédric Ponsonnet - Les enjeux de la gestion communautaire des pêches en Polynésie française - Cloture de l'Atelier

Jean Brice Herrenchmit - Quel soutien par les politiques publiques des processus de gestion participative des pêches côtières et lagonaires - Synthèse de l'Atelier

Présentations réalisées lors de l'atelier :

Carte A6 recto verso V3 Page 1

Atelier Agribio

Ces ateliers qui avaient pour thématique "les échanges techniques régionaux de l'agriculture biologique" ont été organisés par la Chambre d'Agriculture de Nouvelle Calédonie et ses partenaires dans les territoires.

Ils se sont tenus:

Ces ateliers ont permis des échanges notamment sur les thématiques suivantes :

- Thème 1 : La fertilité des sols

- Thème 2 : La lutte contre les maladies ravageurs

- Thème 3 : La production de semences et plants biologiques

Ces ateliers régionaux réunissaient les techniciens des Services des territoires, les représentants des chambres d'agriculture et les professionnels. Ils s'inscrivaient dans le cadre du programme "Réseau de fermes pilotes bio" qui comprenait trois composantes :

  • Des modules thématiques de Recherche-Action dans le cadre d'un réseau de fermes-pilotes "bio" ;
  • La formation d'agriculteurs, d'entrepreneurs agricoles et de techniciens ;
  • La mise en réseau au niveau local et régional des connaissances produites, notamment par l'organisation de trois rencontres régionales annuelles.

Dans le cadre de ce programme, dont les objectifs étaient d'améliorer les connaissances techniques en matière d'agriculture biologique et de permettre de les diffuser dans les PTOM et la région mais également de promouvoir et de développer l'agriculture biologique, ces ateliers ont été un atout majeur permettant de nombreux échanges entre les participants qui ont largement salué leur richesse et leur qualité.

 

reg agri bio

 Atelier 11eme FED

Cet atelier s'est tenu du 29 au 31 Mars 2017 à Nouméa, au siège de la CPS, et avait pour thématique "la programmation du 11ème FED".

Regroupant 42 participants de Nouvelle Calédonie, de Polynésie française, de Wallis-et-Futuna, et de Pitcairn, cet atelier avait pour objectifs de :

  • Prioriser les sous thématiques mentionnées dans le document remis à l'Union européenne, en fonction des impacts attendus ;
  • Envisager les moyens de s'affranchir de la D+3 ;
  • Valider les principes de mise en oeuvre du projet.

Dans le cadre de la programmation, l'Ordonnateur Régional (OR - Nouvelle Calédonie), avait proposé d'organiser un atelier régional afin que les 4 PTOM puissent dialoguer et travailler ensemble entre la phase de formulation et d'identification en prenant en compte les leçons apprises du projet INTEGRE.

En effet, le document de programmation avait été soumis au "Quality support Group", composé de fonctionnaires de l'UE dont le rôle est d'approuver le contenu des documents, pour la validation du projet. L'atelier se positionnait donc comme appui à la formulation du projet en détail avec ses actions, son mode de mise en oeuvre et son budget.

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le relevé de conclusions de l'atelier de programmation du 11e FED Régional pour les PTOM du Pacifique.

Atelier de programmation du 11eme FED Territorial - Présentation réalisée par l'équipe INTEGRE sur les leçons apprises dans le cadre du projet

Atelier de programmation du 11eme FED Territorial - Leçons apprises du projet INTEGRE

Atelier Participation Public

Cet atelier, organisé avec la collaboration du projet RESCCUE, s'est tenu les 04 et 05 Décembre 2017 à Nouméa, au siège de la CPS, avait pour thématique "la participation du public dans la gestion et les décisions en matière d'environnement".

Les démarches participatives sont au coeur de la mise en oeuvre des projets INTEGRE et RESCCUE, de l'identification des enjeux et besoins à l'élaboration et la mise en oeuvre des plans d'action et de gestion intégrée des zones côtières qui en découlent. C'est dans ce contexte que cet atelier s'est déroulé et en ayant pour objectifs de réaliser un retour d'expérience autours des projets INTEGRE et RESCCUE, d'identifier d'éventuelles "bonnes pratiques" et spécificités océaniennes tant en termes d'opportunités à saisir que de défis à relever.

Regroupant plus de 100 participants de la région (Nouvelle Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, Fidji, Vanuatu...), cet atelier a permis des échanges sur quatre thèmes qui ont été approfondis :

  • L'intégration de la participation dans les politiques publiques de l'environnement dans le Pacifique
  • Les acteurs de la participation
  • Les capacités au service de la participation
  • L'évaluation de la participation

A l'issue de ces deux journées d'atelier, on peut retenir quelques idées fortes, renvoyant à des enseignements et / ou des voies de progrès à investir, pour améliorer la participation dans le Pacifique :

  • Intégration de la participation dans les politiques publiques : importance du droit comme marqueur de la volonté des pouvoirs publics de rendre effective la participation du public; la question de la sincérité du pouvoir à réellement appliquer ce droit; le rôle intermédiaire des structures coutumières, à la fois relais et verrous de la participation.
  • Les acteurs de la participation : la participation ne fait pas qu'interpeler le pouvoir mais bouscule aussi l'organisation administrative; les instances de gouvernance peuvent être évolutives; il existe un lien étroit entre la façon dont on pose un problème à résoudre et la manière dont on définit les acteurs à associer à sa résolution; risque de saturation des acteurs. 
  • Les compétences à mobiliser : ménager un équilibre entre son "savoir faire" dans la gestion de projet et son "savoir-faire-faire"; la régulation politique est au coeur du métier de l'animateur.
  • L'évaluation de la participation : évaluer la participation n'est pas évaluer un programme, un plan, un projet. Sa dimension politique implique, comme on le fait en matière d'évaluation des politiques publiques, d'identifier le raisonnement politique qui lui est sous-jacent.

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport Atelier régional "Participation du public dans la gestion et les décisions en matière d'environnement"

Le programme de l'atelier

La liste des participants

Présentations réalisées lors de l'atelier :

Lundi 4 décembre

lundi04dec_augustine-shanseifan_consultation-ecocitoyenne_pf

lundi04dec_carolinevieux_revue-dispositifs-jur-et-admin_gestion-peche

lundi04dec_hereitiarapari-frederictorrente_comite-gestion-opunohu

lundi04dec_isoakorovulavula_participatoryplegalpframework_fj

lundi04dec_jean-baptistenarcy_intrograndtemoin

lundi04dec_lueniopue_code-environnement-pil-demarche-participative

lundi04dec_paulsauboua_plan-gestion-intégree_ramsar

Mardi 5 décembre

mardi05dec_aureliendegoy_gestion-lagons-nc

mardi05dec_celine-jarry_animation-zcne

mardi05dec_juliettelanguille-patriciahart_plan-gestion-raiatea-tahaa

mardi05dec_simonmoncelon_futuna

 Photo Atelier Cloture

Cet atelier de clôture du projet INTEGRE s'est tenu du 06 au 08 Décembre 2017 à Nouméa, au siège de la CPS, et a regroupé 120 participants de Nouvelle Calédonie, de Polynésie française, de Wallis-et-Futuna, de Pitcairn, du PROE et du FIP.

Depuis 2013, le projet INTEGRE a permis la mise en oeuvre d'actions concrètes de gestion sur les territoires : neuf sites pilotes ont été le théâtre d'expérimentations ou de renforcement de projets de développement durable s'appuyant sur la gestion intégrée et associant les acteurs locaux.

A l'échelle régionale, INTEGRE a organisé et soutenu de nombreuses actions de coopération dans le domaine du développement durable, par exemple en organisant des ateliers régionaux thématiques et des échanges bilatéraux, en finançant des études d'intérêt régional ou encore en facilitant la présence des PTOM dans les événements régionaux.

La mise en oeuvre opérationnelle du projet a pris fin en Janvier 2018, l'atelier avait donc pour objectifs :

  • De dresser le bilan de 4 années d'action et de partager les réussites du projet ;
  • De réfléchir collectivement aux facteurs de réussites et aux faiblesses du projet INTEGRE;
  • D'identifier les pistes de pérennisation des activités soutenues par le projet.

La parole a été donnée aux acteurs des territoires afin que chacun puisse raconter son expérience avec INTEGRE. Il s’agissait de croiser les visions (politiques et techniques) des différents partenaires (UE, porteurs de projet, bénéficiaires…), de partager les expériences marquantes locales ou de coopération régionale, afin entre autres de nourrir le rapport de capitalisation du projet INTEGRE.

Il a été organisé en 4 séquences principales : la première pour faire le bilan de la coopération régionale, INTEGRE étant un projet financé dans le cadre de l’enveloppe régionale du 10ème FED ; la seconde pour présenter les expériences marquantes du projet ; la troisième sur la capitalisation du projet par les territoires eux-mêmes et enfin la dernière sur un table ronde générale pour faire un bilan du projet et tracer les perspectives pour les territoires en matière de gestion durable de l’environnement. 

Les mots des acteurs pour résumer le projet INTEGRE : Ensemble, Respect, Volontarisme, Partage, Collaborations, Echanges, Gagnant-gagnant, Osons, Océanie, Participatif, Merci, Adapté, Humain.

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport de l'Atelier de clôture du projet INTEGRE.

Le programme de l'atelier

La liste des participants

Le questionnaire sur la capitalisation dans les territoires

Le questionnaire d'évaluation des actions de coopération régionale

Présentations réalisées lors de l'atelier :

Jeudi 7 décembre

jeudi7dec_antoinebarnaud-jacquesadjougniope_asbo

jeudi7dec_atolotomalau_strategie-cc-wf

jeudi7dec_carolinevieux_gouvernance-pf

jeudi7dec_ewenmorin_ressources-lagonaires-pf

jeudi7dec_françoisjapiot_reseau-fermes-pilotes-bio

jeudi7dec_integre_bilan-cooperation-regionale

jeudi7dec_peggyroudaut_integre-objectifs

jeudi7dec_quentindelvienne_gestion-bassin-versant-pn-zcne

Vendredi 8 décembre

vendredi8dec_bricemeunier-patriciahart_paiatea-tahaa-ccism-pf

vendredi8dec_capitalisation-nc

vendredi8dec_capitalisation-pf

vendredi8dec_capitalisation-wf

vendredi8dec_didierlabrousse_gestion-dechets-wf

vendredi8dec_helenalelevai-evapelletier_sensibilisation-wf

vendredi8dec_tehanilayral-katiapatry_domaine-opunohu

Le projet a donc organisé 12 ateliers régionaux en 4 ans :

  • 8 ateliers sur des thématiques « techniques/ sectorielles » choisies par les territoires (tourisme durable, gestion des déchets, gestion participative des pêches, agriculture biologique, évaluation environnementale…) et 4 à portée plus « méthodologique » (atelier de lancement, plan de GIZC, programmation du 11ème FED…).
  • Budget : 800 000 euros ;
  • 537 personnes ont participé, parfois à plusieurs ateliers – à l’échelle des petits territoires du Pacifique, ce nombre est très important ;
  • 24 pays et territoires du Pacifique, des organisations régionales, et de pays européens ;
  • 11 ateliers sur 12 ont été interprétés.

A noter que l’atelier « pollutions et assainissement », prévu à Walis et Futuna a été annulé, après validation du COPIL pour permettre des réallocations budgétaires.

Hors ateliers « Agribio », le montant total consacré aux ateliers est donc de 647 757 euros, soit en moyenne 72.000 euros par ateliers.

Concernant les ateliers régionaux :

  • Les participants venaient avant tout pour découvrir de nouvelles pratiques sans attente précise (à 70%), élargir leur réseau professionnel (à 60%) ou acquérir des informations précises (60%). Ils étaient beaucoup moins nombreux à s’y rendre pour engager une action de coopération ou développer des partenariats (à 29%). Ces objectifs semblent avoir été atteints.

Ces ateliers leur ont été utiles puisque :

  • 65% des participants ont repris contact avec des personnes rencontrées ;
  • 44% des participants ont engagés des actions sur leur territoire suite aux ateliers ou ont l’intention de le faire.

Initiatives des Territoires pour la Gestion Régionales de l’Environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie