Actions régionales

Malgré les efforts des Etats, territoires et organisations régionales, la gestion des déchets dangereux n’est pas optimale dans les territoires et pays océaniens. Soumis à un certain nombre de freins juridiques et techniques (tels que les faibles quantités des déchets dangereux générés), les PTOM dépendent souvent de l’export. Les pays et territoires sont confrontés à un manque de cohérence et de synergie entre eux, en lien avec leur appartenance différenciée aux conventions internationales.

Ces problèmes ont été remontés à travers des échanges régionaux, notamment lors de l’atelier régional sur la gestion des déchets organisé par INTEGRE en avril 2016. Face aux difficultés rencontrées sur le terrain et pour répondre à la volonté des PTOM d’intégrer les « réseaux régionaux », INTEGRE à commandité une étude sur la gestion des déchets dangereux dans le Pacifique.

Publiée en février 2017, cette étude avant pour objectif de réaliser un diagnostic de la situation de la gestion des déchets dangereux dans les PTOM (réglementations, mouvements…), d’identifier les freins techniques et juridiques rencontrés et de formuler des recommandations pour améliorer la gestion.

Parmi les propositions, il a été identifié comme prioritaire d’engager des discussions entre les PTOM en vue de préparer des positions communes, entre les PTOM et l’Etat, ou encore avec certains Etats clefs de la région, afin d‘ouvrir des possibilités d’accords bilatéraux. Une association avec le PROE dans le but de développer la gestion des déchets dans une approche intégrée à l’échelle du Pacifique, a également été proposée.

Lire l'étude : Les déchets dangereux dans le Pacifique.

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie