INTEGRE

pour le quatrième Congrès mondial des aires marines protégées. Au programme : des débats sur des sujets techniques, la présentation de questions scientifiques, et des discussions sur les politiques à mener.

Du 4 au 9 septembre 2017, au Chili, plus de mille acteurs de projets environnementaux étaient réunis pour le quatrième Congrès mondial des aires marines protégées. Au programme : des débats sur des sujets techniques, la présentation de questions scientifiques, et des discussions sur les politiques à mener.

 

 

2017 09 04 impac4 ouverture installation 12 opt

 

 La délégation de Polynésie française était relativement importante et financée par des contributeurs variés, dont INTEGRE qui a notamment pris en charge des agents du gouvernement de la Polynésie française et des animateurs de terrain du projet. INTEGRE a également aidé au financement du déplacement de 8 élèves de l'école primaire de Ua Pou aux Iles Marquises et 4 accompagnateurs.

 


Lors de l'ouverture, la délégation de ces jeunes marquisiens a été mise à l'honneur avec une prestation de haka pour présenter leur aire marine protégée éducative (AME) avec. Ces élèves de 7 à 11 ans ont notamment rappelé qu'ils gèrent eux-mêmes leur aire marine protégée et sont devenus de ce fait « les plus jeunes gestionnaires des aires marines du monde ».

 

Maina Sage stand INTEGRE

 


L'objectif principal de la participation à ce Congrès pour INTEGRE était d'améliorer la visibilité du projet au niveau mondial et d'échanger avec les autres acteurs, notamment le projet « cousin » d'INTEGRE dans l'Océan Indien « Gestion Durable des Zones Côtières des pays de l'Océan Indien (GDZCOI) ». Cet objectif a été atteint avec l'animation d'un café des connaissances sur la gouvernance des espaces marins et l'installation et animation du stand INTEGRE qui a fortement intéressé les participants.

 

Dans la presse: La Depeche Tahiti

 

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie