Pitcairn

Du 20 au 29 mai 2016, une équipe de 4 personnes s’est rendue à Pitcairn pour appuyer la mise en œuvre du plan d’action INTEGRE.

Un des principaux enjeux identifiés par le Pitcairn Island Gouvernement lors de la définition du plan d'actions INTEGRE est lié à la gestion durable des déchets et notamment de la décharge existante de Aute Valley.

Le plan d'actions propose d'élaborer et de mettre en œuvre un plan de gestion des déchets pour Pitcairn. Cette action est mise en œuvre conjointement par la CPS et le Programme Régional Océanien de l'Environnement qui a identifié l'expert qui a participé à cette mission, Alice Leney.

alice-leneyAlice a beaucoup travaillé dans de petites îles de Micronésie, il est familier des solutions simples et pragmatiques. A Pitcairn, il s'est d'abord employé à comprendre la nature de la production de déchets (quantité et composition) en discutant avec la population, il a ensuite pris part à la collecte hebdomadaire des déchets. En parallèle il a visité la décharge actuelle. A l'issue de la mission, il a proposé des solutions pratiques de réutilisation de certains déchets (pièces de quads, de machines à laver...) au travers de la mise en place d'un espace en libre-service au sein de la décharge. Il a également proposé de petites astuces pour réduire le volume des déchets dans les poubelles telles que l'écrasement des canettes, le pliage des boîtes en carton....Au niveau de la décharge actuelle, Alice a proposé un protocole clair pour remplacer le brûlage des déchets par la compaction à l'aide d'engins déjà présents sur l'île qui permettrait non seulement de prolonger la vie de la décharge et de limiter l'émission de vapeurs toxiques. Ces nouvelles dispositions permettraient de passer d'une décharge à un centre d'enfouissement répondant à la fois aux normes environnementales et de santé publique. Un document reprenant l'ensemble des préconisations est en cours de rédaction. Ce document doit également présenter la faisabilité de mettre en place une filière d'exportation des déchets dangereux (batteries) et des déchets recyclables (aluminium et bouteilles plastiques).

Cette mission avait également pour objectif d'associer Pitcairn aux actions transversales du projet INTEGRE dans les domaines de l'agriculture biologique et de la mise en œuvre de processus de planification participative. Le chef de projet de l'action « fermes pilotes en agriculture biologique », François Japiot de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Calédonie.

françoisjapiotDurant les premiers jours de la mission, François a rencontré l'ensemble des agriculteurs et jardiniers de l'île afin de connaître les pratiques en place et de proposer des conseils personnalisés à chacun d'entre eux. Des conseils ont notamment été prodigués sur l'usage de raticides dans les champs/jardins. Des mises en garde ont par ailleurs été exprimées sur l'usage répandu du RoundUp. Une formation collective a ensuite été proposée et suivie par l'ensemble des agriculteurs sur la mise en place de buttes permanentes qui pourraient permettre de limiter l'usage de fertilisants et faciliter le travail des agriculteurs. Un travail doit se poursuivre au-delà de cette mission sur la certification bio du miel de Pitcairn et l'accompagnement des agriculteurs sur la fabrication artisanale de biopesticides.

Concernant les processus de planification participatifs, un travail de concertation a été mené avec les pêcheurs de l'île, à la demande du Conseil de l'Ile. Cette concertation, menée par Hugh Govan, membre actif du réseau « Locally-Managed Marine Area » a permis de tracer les grandes lignes d'un plan de gestion de la pêche côtière à Pitcairn. Un appui à distance sera apporté à la finalisation de ce plan qui nécessite de nouvelles réunions de concertation entre pêcheurs. Cette démarche a permis de montrer aux pêcheurs qu'ils étaient tout à fait en mesure de réaliser un plan de gestion qui correspond à leur vision de l'avenir de la pêche côtière à Pitcairn sans devoir se faire imposer des règles venant de l'extérieur et souvent copiées sur les endroits dont le contexte à la fois écologique et économique est différent.

Enfin, la mission a permis de mesurer l'avancement des activités INTEGRE en cours sur la maîtrise de l'érosion et la mise en place d'un jardin botanique. Deux sites ont été aménagés avec l'installation de « tapis » permettant de retenir le sol et de planter de la végétation. Des ponceaux ont également été installés pour faciliter l'écoulement des eaux. Ces aménagements doivent permettre de limiter les phénomènes d'érosion. Deux pépinières ont été construites, l'une ayant pour vocation la végétalisation des pentes érodées et l'autre la production de plants endémiques pour le futur jardin botanique.

 

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie