Les îles de Raiatea-Tahaa et leur lagon

raiatea tahaa peggy

Le site pilote des îles de Raiatea et Taha’a héberge une biodiversité remarquable, mais les équilibres écologiques et sociaux, terrestres et lagonaires, sont menacés par le développement d’activités nautiques, touristiques, agricoles et perlicoles. Le projet INTEGRE est venu en appui des politiques publiques engagées ces dernières années pour accompagner le développement économique durable de ces deux îles.

Le projet INTEGRE s’est inscrit dans la dynamique de réseau et de concertation multi-acteurs. Il visait à promouvoir et mettre en oeuvre un développement durable de ces îles convoitées.

Un atelier régional à visée méthodologique a été réalisé en février 2014 à Nouméa avec les principaux acteurs institutionnels du projet. Une analyse AFOM (Atouts, Faiblesses, Opportunités, Menaces) a été réalisée comme outil de prédiagnostic, elle a été complétée lors de la 1re réunion du comité local du site le mois suivant.

Cette analyse a contribué à mieux définir la stratégie du projet et à mettre en cohérence les actions futures, l’enjeu principal étant d’accompagner le développement des activités économiques sans nuire à la qualité de l’environnement naturel et culturel. Ainsi, les objectifs retenus spécifiquement pour le projet de ce site sont les suivants :

  • Contribuer à la réduction des pollutions potentielles ou avérées issues des activités économiques : agriculture, pêche, perliculture, tourisme nautique...
  • Participer au développement d’activités économiques durables dans les domaines de l’agriculture biologique ou raisonnée, de l’écotourisme ou de la perliculture
  • Appuyer la mise en place d’une gestion durable et intégrée des usages lagonaires

 

tahaa raiatea panorama

Géographie :

Située à 210 km au nord-ouest de Tahiti, l’île de Raiatea fait partie des îles Sous-le-Vent dans l’archipel de la Société. Avec une superficie terrestre de 238 km2, elle est également la 4e plus grande de la Polynésie française. Surnommée aussi « l’île sacrée », Raiatea est parcourue par une chaîne de montagnes centrale et abrupte dont le plus haut sommet, le mont Tefatua, culmine à 1 017 m. Les massifs montagneux d’origine volcanique sont sillonnés de vertes vallées profondes et de plateaux fertiles.

En bordure, la plaine côtière relativement étroite accueille l’essentiel de la population humaine, soit 12 000 habitants répartis assez équitablement autour de l’île. L’île abrite des vestiges archéologiques, dont le marae (lieu sacré) Taputapuatea, situé sur un domaine foncier de 8 hectares, qui est le plus important de la Polynésie française d’un point de vue spirituel et archéologique (berceau des dieux polynésiens). Raiatea est divisée en trois communes, Uturoa, Taputapuatea et Tumaraa. Chef-lieu des îles Sous-le-Vent, Uturoa en est la principale agglomération. Elle possède un port en eau profond permettant le mouillage et l’accostage de navires de grande capacité.

Non loin de là, Taha’a, la petite île soeur de 88 km2, est enfermée dans le même lagon que Raiatea et offre des caractéristiques semblables. La population est de 5 220 habitants et le mont Ohiri domine l’île à 590 m d’altitude. Le lagon est parsemé de motus et occupe une superficie de 290 km2.

carteraiatea

Economie :

L’économie de Raiatea s’articule essentiellement autour d’activités agricoles et de pêche à petite échelle destinées au marché local et à l’approvisionnement des structures touristiques de Bora-Bora. Pour ce marché, toutes sortes de ressources halieutiques du lagon sont exploitées : poissons, crustacés, oursins... D’autres activités économiques prennent de l’essor telles que la perliculture et le tourisme. La présence de deux marinas permet à Raiatea d’accueillir les principales compagnies de location de voiliers du territoire et de développer ainsi le tourisme nautique, une activité en pleine expansion. Le trafic aérien et maritime important avec Tahiti et les îles voisines font de Raiatea une île ouverte et dynamique (dessertes aériennes journalières et nombreux quais pour les goélettes). L’économie de Taha’a est essentiellement tournée vers la culture de vanille tahitienne, dont elle est le premier producteur en Polynésie française, ainsi que la culture du coprah et d’un fruit de plus en plus prisé, le nono (Morinda citrifolia). L’agriculture familiale destinée à l’autoconsommation est très développée. Taha’a n’est pas équipée d’un aéroport, mais de nombreux quais pour goélettes sont présents tout autour de l’île.

economieraiatea

Biodiversité et pressions environnementales :

Au niveau marin, la présence de dix passes autour des deux îles offre une large ouverture vers l’océan et un renouvellement rapide des eaux du lagon. Celui-ci présente une superficie de 290 km² avec une profondeur maximale de 55 m. Raiatea et Taha’a sont creusées par de nombreuses baies profondes dont les récifs frangeants sont plutôt dégradés en raison des aménagements, mais propices à l’aquaculture (exemples : crevettes en enclos, crabes, etc.). Les écosystèmes coralliens situés au nord de Taha’a sont encore bien préservés et plus particulièrement les récifs-barrières.

Côté terrestre, Raiatea et Taha’a hébergent une biodiversité remarquable marquée par des formations végétales originales et un très fort taux d’endémisme au niveau de la flore. Le plateau du Te Mehani ‘ute ‘ute, situé au sud de Raiatea, concentre à lui seul la moitié de la diversité floristique de l’île, alors qu’il ne représente que 0,06 % de sa superficie ! Ce plateau de moyenne altitude (500 à 800 m) et d’une superficie de 69 ha, héberge en effet 216 espèces végétales dont 96 endémiques à la Polynésie française et 48 endémiques de Raiatea telles que l’emblématique variété de fleur de tiaré : latiare apetahi (Apetahia raiateensis). On trouve également sur ce plateau des sites de nidification du Pétrel de Tahiti (Pseudobulweria rostrata), un oiseau marin protégé en Polynésie française. C’est également un lieu sacré présentant des vestiges archéologiques.

Plusieurs menaces compromettent l’intégrité de ce patrimoine exceptionnel : la gestion insuffisante des activités en oeuvre sur les bassins versants, notamment l’agriculture, l’assainissement et les aménagements côtiers, ainsi que, pour l’espace lagonaire, la pêche, le nautisme ou le tourisme.

biodiversiteraiatea

Dispositifs locaux :

Ces dernières années, plusieurs programmes bénéficiant de financements ciblés ont permis d’élaborer des plans de gestion afin de tendre vers un objectif commun de réduction des impacts environnementaux et de préservation des milieux naturels :

  • Programme forestier du pays
  • Programme de conservation des espèces endémiques menacées (mis en place depuis 2004)
  • Plan de développement de l’agroforesterie : mise en place d’itinéraires pilotes de cultures associées arbres/produits vivriers (domaine de Maraeroa)
  • Plan de gestion de l’espace maritime (PGEM) : demande d’Uturoa, PGEM de Taha'a initié en 2008
  • Projet de développement du tourisme nautique : 120 millions de francs pour 16 sites des îles Sous-le-Vent, mis en oeuvre par la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) de Raiatea
  • Projet d’inscription du site archéologique de marae de Taputapuatea au Patrimoine mondial de l’UNESCO
  • Plan de gestion intégrée du domaine de Faaroa

Un atelier régional à visée méthodologique a été réalisé en février 2014 à Nouméa avec les principaux acteurs institutionnels du projet. Une analyse AFOM (Atouts, Faiblesses, Opportunités, Menaces) a été réalisée comme outil de prédiagnostic, elle a été complétée lors de la 1re réunion du comité local du site le mois suivant.

afomraiateaun

afomraiateadeux

association tamarii

Pour atteindre ces objectifs, un plan d’action a été construit et se décline en trois groupes d’activités :

Activité 1. Contribuer à la réduction des pollutions

raiateajardinspedagogiques

INTEGRE a soutenu les projets suivants :

  • Gestion de la pollution terrigène et organique au travers de pratiques issues de la permaculture.
  • Valorisation des déchets d’abattoir.
  • Gestion des déchets professionnels.
  • Réduction de l’usage des herbicides agricoles.
  • Mise en place de fermes et potagers pédagogiques bio dans les écoles primaires.

Montant prévisionnel : 28,5 Mxpf / 240 000 €

Opérateurs : SARL Vaihuti Fresh / Service du Développement rural / Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers / commune de Taputapuatea

Pour plus de détails, consulter les fiches activités :

raiateagestiondechets

 Activité 2. Participer au développement d'activités économiques durables

raiateadevtourisme

INTEGRE a soutenu les projets suivants :

  • Valorisation et commercialisation des produits locaux à travers la construction et l’aménagement d’un faré à Tehurui.
  • Développement d’une zone d’activités écotouristiques sur le site de Tiarere.
  • Création de jardins partagés et d’agriculture biologique.
  • Aménagement d’un site de multiactivités dédié à l’agriculture, le sport et le tourisme à Puohine.

Montant prévisionnel : 23,5 Mxpf / 197 000 €

Opérateurs : Commune de Tumaraa / Commune de Taha’a / Commune de Uturoa / Association Tamarii Puohine

Pour plus de détails, consulter les fiches activités :

raiateajardinspartages

 Activité 3. Mise en place d'une gestion durable et intégrée du lagon

raiateaplangizcun

INTEGRE a soutenu les projets suivants :

  • Élaboration d’un plan de gestion intégrée du lagon.
  • Préservation et valorisation du motu Punaeroa à Vaiaau.

Montant prévisionnel : 18 Mxpf / 151 000 €

Opérateurs : Communes du site et services techniques du pays / association Punaeroa

Pour plus de détails, consulter la fiche activité :

raiateaplangizctrois

Synthèse des activités prévues sur le site :

raiateasyntheseprojet

Totem2 Le jardin de corail Tahaa

Le projet INTEGRE a poursuivi les objectifs suivants :

  • Accompagner un développement économique durable, notamment en matière de tourisme
  • Participer à la maîtrise des menaces d’origines anthropiques
  • Dynamiser le processus de gestion participative et mobiliser plus efficacement les acteurs locaux
  • Contribuer à la gestion durable et intégrée des ressources naturelles et culturelles.

Sur le site des îles de Raiatea-Tahaa et leur lagon, le bilan des activités est le suivant : 

- PF – C2R1 : Réduction des pollutions issues des activités économiques

raiateavaihutifresh

L’ensemble des activités a abouti à des résultats extrêmement satisfaisants et pérennes.

L’intégration de l’exploitation Vaihuti Fresh dans le réseau des fermes pilotes en agriculture biologique, lancé dans le cadre du projet INTEGRE et poursuivi par la Direction de l’Agriculture garantit que les résultats qui restent encore à venir, notamment sur le suivi des eaux de ruissellement seront présentés et valorisés au sein du réseau.

La commune de Taputapuatea poursuit sa politique de développement de l’agriculture biologique en investissant sur ses fonds propres, avec le recrutement d’un technicien en agriculture biologique, et en saisissant les diverses opportunités d’appui financier à l’image d’INTEGRE et plus récemment de contrats aidés pour appuyer l’installation de jeunes agriculteurs ou mettre à disposition des volontaires pour l’animation de l’activité de jardins pédagogiques bio.

Enfin, la mise en place d’un système de gestion des déchets professionnels est une réalisation remarquable à l’échelle du projet puisque la CCISM a réussi à rendre opérationnel ce système complètement nouveau depuis la quantification des gisements, le montage juridique jusqu’au lancement du système, avec la fourniture des bacs, la création d’un label et l’engagement de près de 80% des professionnels dès le lancement. Cette réalisation traduit la bonne adéquation du projet avec les besoins des professionnels.

Pour plus de détails, consulter la fiche de synthèse

- PF – C2R2 : Développement d’activités économiques durables

raiateafarepote

La plupart des activités réalisées sous cette thématique du développement a été portée par les communes du site. Dans le cas de l’association Tamarii Puohine, la présidente de l’association n’est autre que la mairesse déléguée de la commune associée concernée. Ce portage par les collectivités traduit bien une volonté politique de vouloir générer des revenus ou des moyens de subsistance pour leurs administrés et tout particulièrement ceux qui sont en marge des circuits touristiques habituels. En ce sens, le projet INTEGRE a permis de diversifier l’offre touristique du site en s’inscrivant dans une forme de tourisme de petite échelle, une offre diversifiée (artisanat, randonnées, restauration, produits locaux, sport) à destination des touristes mais également des habitants. Le projet s’est cependant souvent heurté à une certaine forme d’inertie de la part des partenaires, non pas par mauvaise volonté mais notamment car les co-financements apportés par les communes, voire le Pays, ont nécessité un temps de validation parfois long qui a souvent fait retomber la dynamique créée en début de projet. De nombreuses relances ont dû être effectuées auprès des partenaires pour que les délais soient respectés.

Pour plus de détails, consulter la fiche de synthèse

- PF – C2R3 : Appuyer la mise en place d’une gestion durable et intégrée des usages lagonaires

raiateaplangizcdeux

La mise en œuvre de la gestion intégrée des zones côtières en Polynésie française s’est heurtée à l’absence d’un cadre juridique permettant sa mise en œuvre au niveau institutionnel et ce malgré l’objectif affiché dans les documents projets de mettre en place des plans de gestion intégrée des zones côtières dans tous les sites. Ces plans n’ont pu être formalisés d’un point de vue juridique et les documents produits n’ont pas pu être qualifiés de « plan », terminologie qui renvoie à d’autres instruments juridiques.

Au-delà de l’absence de cadre juridique, la participation et l’intersectorialité sont naissantes au sein des administrations polynésiennes, or elles constituent des piliers de la gestion intégrée des zones côtières. Le projet INTEGRE a choisi de travailler sur le terrain selon ces deux piliers afin de démontrer leur efficacité pour la mise en œuvre d’un développement durable.

A Raiatea-Tahaa, les processus participatifs ont lancé une dynamique positive où les acteurs ont plaisir à se retrouver pour construire ensemble ou simplement échanger. Pour ce site qui comprend 4 communes, des pêcheurs, des plaisanciers, des aquaculteurs, des sportifs qui se partagent un lagon de plus en plus fréquenté, le projet INTEGRE a pu démontrer l’intérêt de mettre ces acteurs autour d’une table pour désamorcer des conflits qui deviennent inévitables et construire ensemble des solutions partagées.

La proposition de la pérennisation du comité local INTEGRE en un comité de développement local pourrait permettre d’organiser la poursuite de la dynamique de gestion intégrée lancée par le projet INTEGRE. Elle doit cependant être validée et mise en œuvre par le gouvernement de la Polynésie française qui est directement identifié pour animer ce comité au travers de sa représentation locale.

Pour plus de détails, consulter la fiche de synthèse

rapportsthématiquespf

 

Documents Polynésie française

Atlas - Aide à l'information pour le développement local durable du lagon de Ra'iatea-Taha'a

Document de synthèse - Aide à l'organisation du développement local durable et de la gestion intégrée du lagon de Raiatea-Tahaa

Fiches actions - Aide à la réalisation des actions de développement local durable et de gestion intégrée du lagon de Raiatea-Tahaa

Panneau "De la terre à la mer"

Flyer "Gestion des déchets dangereux, ici on s'engage"

 

PF - Gestion intégrée du lagon des îles de Raiatea et Taha'a

Accompagnement à la mise en place d'un processus de gestion intégrée du lagon des îles de Raiatea et Taha'a mené dans le cadre du projet INTEGRE

Etude des différents usages et des pressions sur les milieux en contribution à l'élaboration du plan de gestion intégrée du lagon des îles de Raiatea et Tahaa (Polynésie française). Reflexions pour une gestion durable du lagon : focus spécifique sur la gestion des ressources de pêche lagonaire

PF - Réseau de jardins de corail pour le lagon de Raiatea-Tahaa

Proposition d'un réseau de jardins de corail pour le lagon de Raiatea-Tahaa

PF - Motu Punaeroa - Raiatea

Mission d'évaluation du motu Punaeroa - Phase 1 - Etat des lieux

Suivi du motu Punaeroa - Vaiaau - Tumaraa - Phase 2 - Bilan et recommandations

PF - Profils socio-économiques, en relation avec la politique des pêches et aquacole de la Polynésie française

Spatialisation à l'échelle des quartiers des profils socio-économiques, en relation avec la politique des pêches et aquacole de la Polynésie française, de deux sites à partir des données de recensement de la population de l'ISPF

PF - Zones fonctionnelles Halieutiques du lagon de Raiatea-Taha'a

Connaissances et gestion des zones fonctionnelles halieutiques du lagon de Raiatea-Taha'a

PF - Etude floristique, faunistique et de la végétation de Tahaa

Etude floristique, faunistique et de la végétation dans le cadre du projet écotouristique du site de Tiarere en baie de Vaipiti (Communes Taha'a)

PF - Organisation durable de la gestion des déchets de Raiatea et Tahaa

Définition d'une organisation durable de la gestion des déchets des professionnels de Raiatea et Tahaa

PF - Pressions anthropiques et qualité des eaux de la baie et de rivière de Faaroa - Raiatea

Evaluation des pressions anthropiques et de la qualité des eaux de la baie et de rivière de Faaroa (Raiatea, Polynésie française)

Initiatives des Territoires pour la Gestion Régionales de l’Environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie