Les îles de Raiatea-Tahaa et leur lagon

tahaa-raiatea-panorama

Située à 210 kilomètres au Nord-Ouest de Tahiti, l’île de Raiatea fait partie des îles sous le vent dans l’archipel de la Société. Elle dispose de la plus grande superficie terrestre (238 km2) des îles sous le vent, sa population est de 12 024 habitants en 2012. Autour de son massif montagneux d’origine volcanique aux plateaux fertiles, creusé de vallées profondes, la plaine côtière relativement étroite accueille l’essentiel des implantations humaines. Le mont Tefatoaiti (1 017 m) est le point culminant de l’île. Le lagon de Raiatea est parsemé de quelques motus. Raiatea est divisée en trois communes Uturoa, Taputapuatea et Tumaraa. Uturoa, la principale agglomération des Îles-sous-le-vent, est aussi un port en eau profonde permettant le mouillage et l’accostage de navires de grande capacité.

Taha’a, l’île soeur, enclose dans le même lagon que Raiatea, offre des caractéristiques semblables, sur une superficie de 88 km2. La population de Tahaa est de 5 220 habitants. Le mont Ohiri, son plus haut sommet, culmine à 590 m. 

 

carte-tahaa-raiatera

Description écologique :

Au niveau marin, la présence de dix passes permet un accès aisé à l’océan et un renouvellement rapide de l’eau du lagon. Le lagon présente une superficie navigable de 290 km² avec une profondeur maximum de 55 m. Les îles de Tahaa et Raiatea présentent de nombreuses baies, souvent profondes et généralement barrées par une route qui les traverse et isole les sites de récifs frangeants désormais dégradés mais offrant des perspectives en aquaculture (exemples : crevettes en enclos, crabes, etc.). De nombreux « motus » ou îlots se trouvent sur la partie nord de Tahaa.

Les écosystèmes coralliens sont encore bien préservés et plus particulièrement les récifs barrière.

La partie terrestre se caractérise par la présence importante de rivières dont la rivière navigable de Faaroa et de nombreux sites favorables au développement de l’agriculture. Les deux îles renferment des sites d’intérêt écologique et d’endémisme important, dont la fameuse Tiare apetahi, fleur endémique et emblématique de Raiatea.

Description socio-économique :

L'économie de Raiatea reste caractérisée par une forte activité agricole tournée vers le marché local et l’approvisionnement des hôtels de Bora-Bora. Les ressources lagonaires (poissons, crustacés, oursins, holothuries, trocas, burgaux…) sont exploitées. La perliculture est une activité importante. Raiatea concentre l’activité de tourisme nautique, en accueillant les principales compagnies de location de voiliers de Polynésie française dans ses trois marinas. Cette activité est en pleine expansion et contribue de plus en plus au développement économique de l’île. La présence d’un aéroport et de dessertes aériennes journalières avec Tahiti et les autres îles de l’archipel et les 5 rotations par semaine des goélettes en provenance de Tahiti font de Raiatea une île ouverte et dynamique.

L’économie deTahaa est essentiellement axée sur la culture de vanille Tahitienne dont elle est le premier producteur en Polynésie française, le coprah et les cultures vivrières d’auto - consommation. La culture du nono (morinda citrifolia) s'est également développée. Tahaa n’est pas desservie par un aéroport, mais il existe un quai pour goélettes à Tapuamu et également de nombreux petits quais tout autour de l'île.

Analyse AFOM du Site de Raiatea-Tahaa – Polynésie française

Atouts :

-   Richesse et qualité des milieux et des paysages (jardins de coraux, tiare Apetahi)

-   Richesse culturelle/ transmission des savoirs traditionnels sur les espaces et les ressources

-   Présence d’un lagon navigable

-   Existence de pratiques de participation acteurs/population

-   Expériences de travail interservices

-   Secteur privé dynamique/existence de partenariats public/privé

-   Population jeune

-   Présence de structures locales de formation

-   Grands domaines publics qui offrent des opportunités de gestion (plans d’action existants)

-   Présence d’un port qui peut accueillir de grands paquebots

-   Bonne organisation de l’activité de pêche/poisson de bonne qualité

-   Présence d’associations dynamiques

Faiblesses :

-   Faiblesse de la coordination entre population et institutions

-   Manque d’une gestion environnementale globale

-   Pas de prise en compte dans les plans de la vision Terre-Mer de la population

-   Manque de moyens pour la gestion des déchets et de l’assainissement

-   Littoral très artificialisé

-   Pas de spatialisation et de planification des enjeux sur les milieux marins et terrestres/ Manque de connaissances des usages et pressions sur le lagon

-   Pas de moyens locaux sur la gestion de l’environnement

-   Manque de coordination entre la population et les élus

-   Manque de structuration de la commercialisation de certains produits

-   Ressources marines en diminution/ Diminution des populations de Napoléon

-   Relation entre les administrations/Etat/communes

-   Habitats marins dégradés

Opportunité :

-   Site pilote INTEGRE

-   Moyens de communication bien développés avec Papeete et les autres îles de l’archipel des Iles-Sous-le-Vent

-   Projet fédérateur de développement du tourisme nautique

-   Projet d’inscription du Marae de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’humanité

-   Projet de regroupement des associations d’acteurs économiques en une seule structure

-   Volonté politique de faire un Plan de Gestion de l’Espace Maritime

-   Possibilité d’exploiter durablement des ressources naturelles (bambous, trocas)

Menaces 

-   Espèces envahissantes en agriculture

-   Création de nouvelles lignes maritimes créant des pressions sur la ressource (surpêche)

-   Accroissement des nuisances liées au développement économique

-   Economie centrale morose d’où peu de moyens pour les îles périphériques, marchés en baisse pour les produits

-   Erosion naturelle et anthropique

-   Mauvaise signalisation des zones sur le lagon

-   Déchets des activités marines (parcs abandonnés, lignes d’élevage perlicoles)

-   Extinction de Tiare Apetahi

-   Augmentation de la fréquentation

-   Changement climatique

L’enjeu principal de Raiatea-Tahaa est de pouvoir développer des activités économiques sans nuire à la qualité de son environnement naturel et culturel.

Au travers d’INTEGRE, ce site doit donc pouvoir adresser les problématiques suivantes :

  • La réduction des pollutions potentielles ou avérées issues des activités économiques, agriculture, pêche, perliculture, tourisme nautique entre autres.
  • Le développement d’activités économiques durables dans les domaines notamment de l’agriculture biologique ou raisonnée ou de l’éco-tourisme.
  • La mise en place d’outils de planification et de gestion des espaces afin d’encadrer et de suivre le développement d’activités économiques et notamment sur son lagon.

Actions validées sur le site :

  • Contribuer à la réduction des pollutions issues des activités économiques :

1. Gérer la pollution organique et terrigène en agriculture : développement d’un plan d’aménagement d’un domaine agricole afin de limiter les phénomènes d’érosion, mise en place d’un suivi des apports terrigènes dans le lagon adjacent au domaine, sensibilisation auprès des professionnels et des scolaires (SARL Vaihuti Fresh)

2. Appuyer la valorisation des déchets d’abattoir : conception d’un projet d’abattoir à faible impact sur l’environnement, formation du personnel (Service du Développement Rural)

3. Mettre en place d’un système pérenne de gestion des déchets professionnels (Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers)

  • Développer des activités économiques durables :

1. Appuyer la construction d’une marina de haute qualité environnementale à Temaru’a’o : élaboration du projet de construction et concertation avec les acteurs locaux (Commune de Tumaraa)

2. Favoriser la commercialisation des produits locaux et promouvoir l’agriculture biologique via la construction et l’aménagement d’un faré à Tehurui (Commune de Tumaraa).

3. Développer une zone d’activités écotouristiques sur le site de Tiarere (Commune de Tahaa).

4. Mettre en place des jardins partagés en agriculture biologique (Commune de Uturoa).

5. Réaliser un projet d’agriculture, d’aménagement sportif et touristique à Puohine (Association Tamarii Puohine).

  • Elaborer un plan de gestion intégrée du lagon de Raiatea-Tahaa

Secrétariat de la Communauté du Pacifique

Direction de l’Environnement

Direction des Ressources Marines, Service du Développement Rural

Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et de Métiers


Les conventions de mise en œuvre des actions sont en cours de signature avec les partenaires suivants : le Service du Développement Rural, la Chambre de Commerce, d'Industrie, des Services et des Métiers, les communes de Tahaa et d'Uturoa et l'association Tamarii Puohine.


La commune de Tumaraa doit identifier les co-financements nécessaires à la mise en œuvre des activités validées et la SARL Vaihuti Fresh attend la confirmation de son bail de mise à disposition des terres agricoles afin de pouvoir commencer son activité.

De nouvelles activités sont en préparation, notamment sur l'appui à la filière perlicole du site. Elles doivent être présentées et validées lors d'un prochain comité local qui se déroulera début décembre.

L'activité portée par la CCISM a démarré avec le lancement de l'appel d'offres visant à définir un système opérationnel de gestion des déchets professionnels. L'élaboration du plan de gestion de Raiatea-Tahaa a également été lancée avec la présentation de l'équipe et de la méthode de travail lors du comité local qui s'est tenu le 28 octobre à Raiatea. L'encadrement méthodologique de cette activité est assuré par le GIE Océanide et son animation par Patricia Hart, directrice de la CCISM des Iles-Sous-le-Vent. L'animatrice est appuyée par une équipe pluridisciplinaire constituée par les agents de la Direction de l'Environnement, la Direction des Ressources Marines, le Service du Développement Rural principalement puis de la coordinatrice INTEGRE Polynésie française. 

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie