Actions Transversales

nord pano poum

INTEGRE a mis aussi en œuvre des actions sur des thématiques transversales afin de construire des liens entre les différents sites pilotes, d’insérer la Nouvelle-Calédonie dans les réseaux régionaux des PTOM et de valoriser les savoirs acquis à l’échelle du Pacifique. Focus sur ces actions transversales et de communication…

1. Création d’un réseau de fermes-pilotes biologiques

2. Vers une stratégie d’adaptation au changement climatique

3. Renforcer les capacités et favoriser les échanges

Le projet INTEGRE a également mené des actions de communication afin de diffuser largement les résultats atteints et capitaliser sur les nouveaux savoirs.

actiontransncb

 

actiontransatelierbio

Cette action s’est inscrite dans une activité régionale visant à développer l’agriculture biologique dans le Pacifique. L’objectif était de promouvoir une activité économique durable, respectueuse de l’environnement et adaptée aux contraintes insulaires. Trois actions étaient prévues :

1/ Promouvoir et développer l’agriculture biologique dans les trois PTOM francophones du Pacifique
- Améliorer les techniques en matière d’agriculture biologique
- Renforcer le réseau régional qui promeut l’agriculture biologique POET-Com (Pacific Organic and Ethical Trade Commu- nity) et la participation des PTOM francophones à ce réseau

Pour ce faire, trois fermes-pilotes « bio » ont été crées en parallèle en Nouvelle-Calédonie (Lycée agricole Do Neva à Houaïlou), à Wallis-et-Futuna (Lycée agricole de Wallis) et en Polynésie française (Lycée agricole de Opunohu). Des expérimentations agronomiques, des séances de formation professionnelle et technique et des échanges d’expériences y ont été réalisés. Ces travaux ont capitalisés à l’échelle du Pacifique et ont fait l’objet d’échanges régionaux réguliers.

En Nouvelle-Calédonie, il était prévu en particulier :

2/ De mettre en œuvre des expérimentations sur la fertilité des sols, les maladies et ravageurs de culture et les ressources végétales. Elles ont été menées sur l’exploitation certifiée « bio » du Lycée Do Neva de Houaïlou et sur celles d’un réseau d’agriculteurs de Houaïlou également certifiés « bio » financement d’équipements techniques (en cofinancement), d’un binôme de techniciens du lycée pour un quart temps, de l’association Biocalédonia et d’experts techniques.

3/ De permettre des échanges d’expériences et de la formation professionnelle et technique pour des agriculteurs, étudiants, professionnels, à raison d’une session par an.

actiontransfermebio

Montant : 21 Mxpf / 175 896 €

Opérateurs : Chambre d’agriculture de Nouvelle-Calédonie, Biocalédonia, Lycée DoNeva

Pour plus de détails, consulter la fiche activité


Cette activité visait à développer une stratégie d’adaptation au changement climatique en Nouvelle-Calédonie et à permettre de s’insérer dans les réseaux régionaux sur cette thématique. La principale action était la réalisation d’une thèse de doctorat sur les projections climatiques (co-encadrement IRD et Météo France. Cofinancement INTEGRE à hauteur de 10,1 MF, soit 85 000 euros) et financer une étude sur la stratégie d’adaptation au changement climatique.

Montant : 12 Mxpf / 100 000 €

Opérateurs : IRD, Gouvernement de Nouvelle-Calédonie

actiontransstrategiecc

Cette activité portée par le Conservatoire des espaces naturels (CEN) est venue en appui aux sites pilotes. Trois actions étaient prévues :

1/ Organiser des forums des comités de gestion Programmé en 2015 – budget de 8 MF (67 041 euros). Participation à hauteur de 40 % du budget, soit 3 MF (25 140 euros).

2/ Échanger sur les expériences entre les comités de gestion.Budget : 1 MF (4 000 euros par an pendant 2 ans)

3/ Former les membres des comités de gestion, les animateurs de terrain et les techniciens des provinces intervenant sur le dossier. Formations sur mesure organisées tous les ans en fonction des besoins exprimés.

Montant : 8,5 Mxpf / 71 230 €

Opérateurs : CEN

Pour plus de détails, consulter la fiche activité

actiontransrenforcementcap

Groupes ciblés : 

Les actions de communication doivent atteindre un public ciblé (partenaires, spécialistes, décideurs…), mais aussi les citoyens, pour qui les questions environnementales sont de plus en plus au cœur des préoccupations. Ces actions étaient destinées à prendre une dimension locale (sites pilotes), territoriale (Nouvelle-Calédonie), régionale (Pacifique Sud) et internationale (Europe). Les groupes ciblés étaient donc de nature variée :

• Les partenaires locaux du projet : comités de gestion, opérateurs, employés, CEN…

• L’ensemble des parties prenantes qui évoluaient au sein des sites pilotes ou à proximité (habitants, coutumiers, entrepreneurs, associations locales…)

• Les décideurs locaux et autorités publiques concernés directement ou indirectement par le projet ainsi que leurs services techniques : services des trois provinces, mairies, élus du gouvernement, du congrès, du sénat coutumier, les députés et sénateurs de Nouvelle-Calédonie, les représen- tants de l’État, du ministère des outre-mer et de l’Union européenne

• Les acteurs locaux impliqués dans des projets environnementaux similaires, afin de permettre les échanges et retours croisés d’expériences : associations environnementales et culturelles locales, bailleurs de fonds, responsables de projets, communauté scientifique et universitaire, communauté éducative, syndicats d’initiative, ONG

• Les services et associations ayant trait à la culture, à l’agriculture et à l’environnement : Agence de développement de la culture kanak (ADCK-centre Tjibaou), Chambre d’agricul- ture, Observatoire de l’environnement (ŒIL)…

• Les médias locaux, régionaux, ultra-marins et internationaux : web, presse écrite, télévision

• Le grand public et les scolaires

• Les acteurs économiques présents au niveau des zones côtières des sites pilotes : miniers, pêcheurs, hôteliers…

• Les partenaires régionaux du projet ainsi que les groupes constitués dans ce cadre, afin de capitaliser sur les expériences de chacun et de développer la coopération régionale : Polynésie française, Pitcairn, Wallis-et-Futuna

• Les instances publiques régionales et européennes impliquées directement ou indirectement dans le projet ainsi que les services de coopération régionale, les services de l’outre-mer et de coopération Europe-Pacifique : CPS (Nouvelle-Calédonie et Fidji), Union européenne, PROE, POET-Com…

actiontransdiffuser

Messages : 

Selon les groupes ciblés, les messages s’articulaient autour des notions suivantes :

  • La Nouvelle-Calédonie possède un patrimoine côtier exceptionnel, en particulier au niveau des zones inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dont il convient de maintenir l’intégrité pour les générations futures

  • La gestion intégrée des zones côtières est une solution adaptée et éprouvée pour le développement durable des îles du Pacifique, respectueuse de l’environnement et qui bénéficie aux populations locales

  • Les populations d’Ouvéa, de la côte nord-est et du Grand Sud s’impliquent fortement et sont actrices des décisions et des actions relatives à la préservation et la valorisation de leur environnement pour la mise en place de solutions pérennes

  • Les solutions et actions réussies expérimentées en Nouvelle-Calédonie ont valeur d’exemple pour être reproduites ailleurs, notamment dans la région Pacifique et en outre- mer

  • Le projet INTEGRE accompagne les politiques locales de gestion intégrée afin de les renforcer et améliorer les processus de gestion partagée de l’environnement. Les trois provinces, compétentes pour le domaine de l’environnement, sont également des partenaires privilégiés du projet

  • La préservation des milieux naturels contribue à la résilience de la société qui doit faire face aux changements globaux et aux risques Elle contribue aussi à maintenir des cultures traditionnelles et favorise le mieux vivre ensemble

  • Les PTOM tirent un bénéfice à coopérer entre eux et avec les autres territoires du Pacifique pour mettre en œuvre des solutions régionales sur les questions d’environnement et de développement. L’Union européenne et la CPS leur apportent un soutien pour développer leurs projets

actiontranssensi

 


 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie