Adaptation au changement climatique et résilience

climat-change

Dans le domaine de l’adaptation au changement climatique et de l’amélioration de la résilience face aux risques naturels

Les PTOM du Pacifique subissent les impacts du changement climatique au même titre que leurs voisins insulaires de la région. Des mesures d’atténuation et de réduction des risques y sont déjà prises et encouragées dans divers programmes. Pour autant, il n’existe pas à ce jour dans les PTOM de stratégie d’adaptation au changement climatique fonctionnelle, faute souvent de données suffisamment fines permettant de caractériser les risques liés au changement climatique à une échelle pertinente. Cause tout autant que résultat de cette situation, on constate une présence trop peu marquée des PTOM dans la dynamique régionale sur le sujet.

Cette activité visait donc à :

- Améliorer l’insertion des PTOM dans les dynamiques régionales sur l’adaptation au changement climatique en leur donnant les moyens d’avoir un rôle proactif, de partager leur savoir-faire, et de bénéficier des innovations et expériences de la région.

- Appuyer la mise en place de stratégies adaptées, pertinentes et évolutives à l’échelle des PTOM, à la fois par le retour d’expérience sur le terrain (au niveau des sites pilotes), les enseignements tirés des exemples régionaux, un appui à l’amélioration des connaissances des effets du changement climatique à l’échelle locale, des actions de sensibilisation de la population… ;

- Renforcer la résilience des écosystèmes face aux effets du changement climatique ou des catastrophes naturelles au sens large : par la mise en oeuvre de la gestion intégrée des zones côtières sur les sites pilotes et l’introduction de ces thématiques dans les discussions au niveau local et leur inclusion dans les plans de gestion intégrée en élaboration.

A l’échelle régionale, la thématique de l’adaptation au changement climatique avait été identifiée en début de projet comme prioritaire par les PTOM. Cependant, aucune proposition concrète d’activité n’a émergé suite aux requêtes de l’équipe de coordination. Plusieurs pistes ont été proposées comme l’élaboration d’une mallette pédagogique sur le changement climatique, un atelier-formation sur la « prise en compte du changement climatique dans la gestion des pêches et l’aquaculture »; une formation pour aider les administrations et institutions politiques à mieux cerner les implications institutionnelles du changement climatique. Ces propositions n’ont pas été concrétisées.

En revanche, comme mentionné dans le cadre logique, INTEGRE a pu proposer aux PTOM de participer à des ateliers et conférences régionales sur le changement climatique et la biodiversité (météo, pêches, espèces emblématiques, etc). Les territoires se sont investis sur cette thématique au niveau local et territorial. Ainsi, des actions visant l’adaptation au changement climatique sont soutenues par INTEGRE et l’idée est de les valoriser et de diffuser leurs enseignements à l’échelle régionale.

Ainsi, la participation des PTOM à ces conférences et des formations leur permet de mieux s’intégrer dans les réseaux régionaux, d’apprendre ce qui se fait dans la région et de faire valoir leurs expériences et savoir-faire. On peut notamment citer :

- La formation des représentants des PTOM et des ACP aux principes de l’évaluation environnementale pendant 2 jours par l’atelier « ERC » organisé à Fidji début décembre 2016 (collaboration avec le projet RESCCUE et le PROE);

- La formation, du 15 au 18 juillet 2016, d’un agent technique de météo France basé à Wallis-et-Futuna aux îles Cook, organisée par le PROE et l’APCC, un organisme coréen d’appui aux prédictions climatiques pour aider à la préparation face aux évènements climatiques;

- Le financement de la participation des PTOM français à la conférence régionale de la Baleine organisée par le PROE à Tonga en avril 2017;

- Le financement de la participation des PTOM à la conférence des pêches de la CPS à Nouméa en mars 2017;

- Le financement de la participation des PTOM qui ont participé à la conférence environnementale de Bora Bora en septembre 2017.

Il est reconnu que la gestion intégrée des zones côtières, cœur du travail du projet INTEGRE dans les territoires, constitue une réponse aux phénomènes induits par le changement climatique, notamment par sa réponse à trois enjeux pointés comme essentiels par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) – approche globale et systémique des approches territoriales, inscription sur le long terme, et prise en compte des spécificités locales (Rochette et al, in « Le développement durable dans l’espace méditerranée, 2010).

Conf Env Bora 2017

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie