Tourisme durable

Tourisme

Le tourisme offre un potentiel de développement économique fort dans la plupart des territoires européens du Pacifique. Il doit cependant être développé de manière durable tant au niveau environnemental que social. Dans ce domaine, INTEGRE s’est fixé 4 objectifs :

  • Mettre en œuvre des projets pilotes qui répondent aux critères du tourisme durable
  • Contribuer à enrichir l’offre touristique comme vecteur de développement local durable
  • Réduire l’impact environnemental sur les milieux naturels de la fréquentation liée au tourisme
  • Sensibiliser les acteurs aux différentes composantes du tourisme durable

Plus qu’un type de tourisme, il faut comprendre le tourisme durable comme une démarche, une méthode de travail, à appliquer à toutes les formes de tourisme pour les rendre plus conformes au développement durable. L'organisation mondiale du tourisme, dans sa publicaiton "Pour un tourisme plus durable, guide à l'attention des décideurs" a formalisé cette démarche sous la forme de 12 objectifs.

  • 12 objectifs pour un tourisme plus durable

    • La viabilité économique : assurer la viabilité et la compétitivité des destinations et des entreprises tourstiques, pour qu'elles puisses prospérer et continuer à produire des bénéfices dans le long terme;
    • Le développement local : maximiser la contribution du toursime à la prospérité de la destination d'accueil, donc aussi la proportion de dépenses tourstiques retenue localement;
    • La qualité des emplois : augmenter le nombre et la qualité d'emplois locaux créés ou induits par le tourisme, ce qui comprend les salaires, les conditions de travail et la lutte contre les discriminations;
    • L’équité sociale : recherche une distribution large des bénéfices économiques et sociaux du tourisme au sein de la population d'accueil, dont l'amélioration des opportunités, de l'emploi et des services pour les pauvres;
    • La satisfaction des touristes : procurer une expérience enrichissante, satisfaisante et sure aux visiteurs sans discrimination;
    • Le contrôle local du développement : impliquer et renforcer les populations locales dans la planification et la prise de décision sur la gestion et le développement futur du tourisme dans leur région, en partenariat avec les autres acteurs;
    • Le bien-être des communautés d’accueil : maintenir et renforcer la qualité de vie des populations locales (structures sociales, accès aux ressources, services publics, nuisances...);
    • La richesse culturelle : respecter et améliorer le patrimoine historique, la culture, les traditions et la spécificité des communautés locales;
    • L’intégrité physique : maintenir et amliorer la qualité des paysages, ruraux et urbains, et éviter la dégradation physique et visuelle de l'environnement;
    • La diversité biologique : appuyer la conservation des espaces naturels, des habitats et des espèces, et minimiser les impacts;
    • L’efficacité dans l’utilisation des ressources : minimiser l'usage des ressources rares et non renouvelables dans le développement et la gestion des équipements et services touristiques;
    • La qualité de l’environnement : minimiser la pollution de l'air, de l'eau et des sols, ainsi que la production de déchets des entreprises et des visiteurs.

Selon la définition de l’organisation mondiale du tourisme (UNWTO), « le développement touristique durable satisfait les besoins actuels des touristes et des régions d’accueil tout en protégeant et en améliorant les perspectives pour l’avenir. Il est vu comme menant à la gestion de toutes les ressources de telle sorte que les besoins économiques, sociaux et esthétiques puissent être satisfaits tout en maintenant l’intégrité culturelle, les processus écologiques essentiels, la diversité biologique et les systèmes vivants ».

Budget Tourisme

Télécharger notre fiche sur l'engagement d'INTEGRE pour le toursime durable : INTEGRE s’engage pour un tourisme durable

Fiche INTEGRE Toursime

 

INTEGRE a cofinancé une étude avec le PROE sur les politiques du tourisme durable avec un focus sur les opportunités pour une collaboration régionale et l’écotourisme marin. Les résultats de l’étude entièrement bilingues ont fait l’objet de 5 rapports très documentés et ont été largement diffusés dans les services du tourisme des pays et territoires du Pacifique. Ils sont disponibles sur les sites internet du PROE et de la CPS.

Profil du secteur du tourisme durable dans le Pacifique

Analyse du secteur de l’écotourisme marin actuel et des principales contraintes qui pèsent aujourd’hui sur l’offre pour la région du Pacifique

Principales mesures visant à soutenir le développement d’un secteur écotouristique

Recommandations prioritaires pour la promotion du tourisme durable

Plans de transformation du marché au niveau de chaque pays ou territoire : Résumé et recommandations

etude sprep

L’atelier thématique organisé en février 2015 à Papeete avait pour thème « la gestion intégrée et le tourisme durable». Après une visite introductive à Moorea, les séances ont ensuite été organisées autour de groupes, séances plénières, table ronde...

Des échanges fructueux se sont construits à travers des études de cas concrètes qui ont permis une meilleure appropriation du sujet par les participants. L’atelier a réuni une cinquantaine de participants (acteurs locaux intégré dans le projet INTEGRE, représentants des institutions nationales ou internationales, acteurs du monde de l’expertise et de la recherche liée au développement durable du tourisme).

1

Cet atelier s'est tenu du 23 au 27 février 2014 à Papeete et avait pour thématique  « la gestion intégrée et le tourisme durable ».

Il a permis des échanges de savoirs et savoir-faire entre les participants, d'apporter des réponses d'experts aux questions des acteurs et, in fine, de proposer des lignes directrices à l'attention des décideurs. L'exploitation en a notamment été faite dans le cadre du développement d'une politique sectorielle du tourisme en Polynésie française.

La notion de "tourisme durable" se base sur les trois piliers du développement durable: c'est un tourisme qui participe au développement des populations et des territoires d'accueil tout en contribuant aux enjeux du XXIe siècle : lutte contre les changements climatiques, protection de la biodiversité et des milieux fragiles et lutte contre les atteintes aux droits humains.

Autour d'études de cas issues de l'expérience de chacun des PTOM acteurs d'INTEGRE, les quatre thématiques centrales suivantes ont été traitées:

  • La « mise en tourisme » d'une île, en prenant en compte ses spécificités environnementales, sociales et économiques : comment mettre en valeur le pays ou la région en garantissant un développement harmonieux, des retombées positives pour la population et la durabilité des projets ?
  • La gestion des afflux de croisiéristes : comment à la fois profiter de ces arrivées massives sources de devises et préserver la qualité des sites ?
  • La prise en compte et la valorisation de l'histoire et de la culture : comment non seulement les préserver, mais aussi en faire une force ?
  • La conception et la gestion de grands projets : comment accueillir un grand nombre de visiteurs tout en respectant les trois piliers du développement durable ?

De plus, des témoignages des PTOM et des autres pays de la région et des experts ont pu faire part de leurs analyses. Plusieurs séances de discussions ont été ainsi prévues, notamment autour des thématiques de l'adhésion des professionnels et des outils disponibles (table ronde), des enjeux côtiers et marins, de l'implication des communautés...


Ainsi, 59 personnes ont participés à cet atelier :

  • Acteurs locaux de chacun des quatre PTOM, et également d'autres pays de la zone, venant faire part de leur expérience (comme Hawaï ou Fidji) : GIE Tahiti tourisme, GIE Bora-Bora activités,
  • Groupements nationaux ou internationaux, notamment le South Pacific Tourism organisation (SPTO), le réseau des CCI France, les GIE spécialisés dans les pays concernés, l'UNESCO, Earth-Check Asie-Pacifique,...
  • Experts ayant travaillé sur le sujet et pouvant faire part de leurs analyses, ou ayant accompagné des expériences qu'ils peuvaient ainsi partager :Griffith University (Australie), Université de Nouvelle-Calédonie, Archipelagoes (Polynésie française), Parcs nationaux de France ...

Les résultats et enseignements issus de cet atelier sont résumés dans le rapport Tourisme Durable et Gestion Intégrée des Zones Cotières.

Atelier toursime durable

Cette activité visait à encourager les échanges d'expériences des sites pilotes avec d'autres pays du pacifique sur la thématique toursime durable avec les notions de viabilité économique et de développement local. L'objectif était de contribuer à l'insertion des PTOM dans la région par des échanges bilatéraux avec des sites « miroirs » et de créer des réseaux informels. Il s’agissait de développer des synergies entre territoires, de bénéficier de retours d’expériences pertinents et de créer des rapprochements entre PTOM et entre PTOM et les autres pays et territoires du Pacifique. Certains de ces échanges ont eu pour thématiques le toursime durable à travers les notions de développement local / de viabilité économique / de la richesse culturelle / la diversité biologique / l'éfficacité dans l'utilisation des ressources / et la qualité de l'environnement :

Nouvelle Calédonie - Galapagos : 3ème conférence des gestionnnaires de sites marins inscrits sur la Liste du Patrimoine mondial 

Le Centre du patrimoine mondial au travers du programme marin organise tous les trois ans des rencontres entre les 49 gestionnaires de sites marins inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Ces conférences permettent aux gestionnaires de partager leurs meilleures pratiques et d’établir des relations afin d’améliorer en permanence leur pratique de gestion. Le bien calédonien inscrit au patrimoine mondial est un bien sériel dont la gestion est sous la responsabilité de quatre institutions (les trois provinces et le Gouvernement de la Nouvelle Calédonie). Le Conservatoire d’espaces naturels est l’organisme qui coordonne cette gestion et joue le rôle de point focal, notamment dans les réponses à apporter à l’UNESCO.

Nouvelle Calédonie-Galapagos (2016) : 3ème conférence des gestionnaires de sites marins inscrits sur le Liste du Patrimoine mondial (Archipel des Galapagos, 27 au 31 aout 2016)

Echange nc galapagosF2

Nouvelle Calédonie - Australie : Retour et échanges d'expériences avec l'autorité du Parc marin de la grande Barrière de Corail Australienne et le détroit de Torres

Le parc de la grande barrière de corail montre de nombreuses similarités avec le bien inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO en Nouvelle-Calédonie, du point de vue des enjeux écologiques, des modes de gestion mis en place ou du contexte économique et social. Cet échange a permis de confirmer l’intérêt mutuel d’une collaboration entre les 2 sites, qui a vocation à perdurer au-delà de cet échange. De plus, cette échange est venu alimenter des réflexions qui sont menées à l’échelle des 3 sites pilotes de Nouvelle-Calédonie dans le cadre des comités de gestion UNESCO qui sont la voie des légitimités locales et notamment coutumières sur l’espace et les usages lagonaires. Il a donc alimenter le plan d’actions INTEGRE de Nouvelle-Calédonie qui visait notamment à dynamiser le processus de gestion participative et la mobilisation des acteurs locaux sur les 3 sites-pilotes, cette mobilisation passant par une reconnaissance des spécificités culturelles locales et des aspirations des populations. Il s’agit d’un enjeu central pour la mise en œuvre effective d’une gestion intégrée des zones côtières en Nouvelle-Calédonie mais aussi dans l’ensemble du pacifique. Cet échange et les enseignements qui en ont été tirés ont fait l’objet d’une valorisation auprès de l’ensemble des partenaires du projet INTEGRE, notamment lors du mini atelier régional organisé les 30 septembre et 1er octobre sur les plans de GIZC.

Nouvelle Calédonie-Australie (2015) : Retour et échanges d'expériences avec l'autorité du Parc marin de la grande Barrière de Corail Australienne et le détroit de Torres sur la prise en compte des usages traditionnels de l'espace marin

John Tapim échange grande barrière corail AUS

Polynésie française-Nouvelle Calédonie : Echange d'expérience et de savoir-faire en matière de suivi participatif de l'état de santé des récifs coralliens

L’objectif de ce projet était d’organiser un échange inter pays du Pacifique afin de partager une expérience et un savoir-faire en matière de suivi participatif de l’état de santé des récifs coralliens. Un tel suivi est déjà mené en Nouvelle-Calédonie depuis 2011 et invite des bénévoles à participer au Réseau d’Observation des Récifs Coralliens (RORC), que ce soit en plongée autonome (via l’association Pala Dalik) ou en apnée (suivi des récifs du Grand Sud – à travers du projet ACROPORA, coordonné par l’OEIL et le CCCE ; et suivi des récifs d’Ouvéa) afin de favoriser l’implication des populations locales dans le suivi environnemental. Tous les observateurs sous-marins sont préalablement formés aux techniques et à l’identification des espèces cibles. Dans le cadre du présent projet, les compétences acquises par le RORC ont été mises à disposition des pêcheurs et membres des comités de gestion des Rau’i de la presqu’île de Taiarapu afin de les aider à mettre en place leur propre réseau de surveillance.

Polynésie française-Nouvelle Calédonie (2017) : Echange d'éxpérience et de savoir-faire en matière de suivi participatif de l'état de santé des récifs coralliens

echangebilatncsuivirecif

Polynésie française-Saipan : Innovation et tradition appliqués à l'exploitation des ressources lagonaires

Cette mission s’est organisée suite aux échanges initiés en Mai 2016 entre Thomas Camus et Mike Ogo sur l’aquaculture du Poisson Lapin Siganus argenteus (“Marava”). Le département d’aquaculture de l’Université des îles Mariannes du Nord a démarré en 2015 un programme de 4 ans sur l’aquaculture du Marava avec un financement du U.S. Département of Agriculture (USDA) et une assistance technique du Oceanic Institute de Hawaii. La visite de Mike Ogo à Tahiti avait pour but un premier échange zootechniques sur l’aquaculture du Marava (géniteurs, pontes, élevage larvaire, nurserie) et d'initier une collaboration avec Saipan sur la problématique des Marava.

Polynésie française-Saipan (2017) : Innovation et tradition appliqués à l'exploitation des ressources lagonaires

echange PF Indonésie aquaculture

Wallis et Futuna-Samoa : Echange d'expériences sur les processus de fabrication d'huile vierge de coco

La mission aux Samoa a été proposée suite à la participation de l’ONG Women In Business (WIBDI) au colloque Agriculture Durable qui a été organisé par la Direction des Services de l'Agriculture à Wallis en novembre 2014. Cet échange avait pour objectif de faciliter la mise en place de projets sur le territoire au retour, et sensibiliser sur le sujet de la régénération et la gestion de la cocoteraie, indispensable à la filière. L'objectif était également d'améliorer le procédé de fabrication d'huile vierge de coco (VCO) utilisé aujourd'hui à Futuna par l'association Alofaina, suite à une formation organisée à Wallis en 2011 par la CPS.

Wallis et Futuna-Samoa (2016) : Echange d’expériences sur les processus de fabrication d’huile vierge de coco

Echange bilat WF Samoa coco

Toursime durable territoires

Dans les différents territoires, le projet INTEGRE a accompagné des projets liés au tourisme durable à travers des actions portant sur des aménagement de sites touristiques, le développement de projets touristiques durables et la gestion de sites touristiques menacés.

En Nouvelle Calédonie:

- Réalisation d'un disgnostic économique, social et environnemental du tourisme à l'Île des Pins : 

La province Sud a souhaité réaliser un diagnostic de l’industrie du tourisme et de la croisière à l’Ile des Pins. Cette étude était co-pilotée par les directions de l’économie, de la formation et de l’emploi (DEFE) et de la direction de l’environnement (DENV). Elle a bénéficie d’un co-financement dans le cadre du plan d’action INTEGRE pour le Grand Sud Calédonien. Cette étude avait pour objet la réalisation d’un diagnostic territorial économique, social et environnemental de l’industrie du tourisme et de la croisière à l’Ile des Pins. En effet, le tourisme de séjour et de la croisière représente un enjeu majeur du développement économique de l’île. Or il n'existait pas suffisamment de données précises pour mesurer le poids, l’organisation et la santé économique de la filière touristique et des activités induites. Ces informations sont pourtant essentielles pour que les collectivités, et notamment la province Sud puissent ajuster leurs politiques de soutien au développement économique, à l’aménagement du territoire et à la protection de l’environnement. L’étude consiste donc à :

• Réaliser un diagnostic territorial de la filière touristique et des activités induites selon 3 axes : économique (objet de ce rapport), environnemental et social (ces deux axes font l’objet de rapports supplémentaires)

• Réaliser une analyse de ce diagnostic

Diagnostic territorial de l'industrie du tourisme et de la croisière à l'ile des Pins - Partie 1 : Etat des lieux - Axe économique

Diagnostic territorial du tourisme de l'ile des Pins - Axe environnemental

Diagnostic territorial de l'industrie du tourisme et de la croisère de l'ile des Pins - Partie 1 : Axe social

Diagnsotic territorial de l'industrie du tourisme et de la croisière de l'ile des Pins - Annexes

Ile des pins

- Aménagement du site de Kanuméra pour réduire les impacts de la féquentation sur le récif corallien : 

À la demande des coutumiers de l’île des Pins, la province Sud a installé un périmètre de protection des coraux afin de limiter les perturbations et encourager leur régénération dans les zones peu profondes. En effet, l’afflux touristique croissant met en péril ces organismes fragiles, notamment par le piétinement des visiteurs. Les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie et leurs écosystèmes associés (herbiers marins et mangroves) sont le lieu de processus écologiques et biologiques exceptionnels et affichent un état de conservation rare à l’échelle de la planète. Les remarquables beauté, richesse et vitalité des lagons calédoniens ont justifié leur inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008. Sur l’île des Pins, les anciens ont su protéger cette biodiversité unique et ses ressources, et ont transmis aux jeunes générations un environnement sain à la beauté providentielle. Les récifs et herbiers autour du rocher de Kanuméra en sont l’exemple même. L’aménagement d’une zone de mise en défens permet de préserver ce patrimoine tout en permettant aux activités touristiques de perdurer. Ce projet a été financé par l’Union Européenne au travers du projet INTEGRE coordonné par la Communauté du Pacifique (CPS).

Kanumera

- Aménagement de deux îlots du Sud pour limiter l'impact de la fréquentation sur les populations d'oiseaux nicheurs :

 Dans le cadre de la préservation des espèces emblématiques, la direction de l'environnement souhaitait procéder à la mise en place d'aménagements au profit des oiseaux marins sur les îlots de Kouaré et Rédika. les îlots de Kouaré et Rédika appartiennet à la zone inscrite au patrimoine mondial et ont une valeur écologique exceptionnelle en tant qu'habitats prévilégiés d'oiseaux marins protégés en particulier durant leurs périodes de reproduction. Ainsi 3 panneaux d'information ont été posés sur l'îlot de Kouaré afin de sensibiliser des plaisanciers à la richesse ornithologique du site. Sur l'îlot de Redika, pose d'une mise en défens et de 2 panneaux en haut de plage aux deux extrémités de la mise en défens avec pour objectif de sensibiliser des plaisanciers à la richesse ornithologique du site mais aussi assurer la protection physique des oiseaux nicheurs sur la partie Nord-Est de l'îlot.

Kouare redika

- Développement d'un pôle écotouristique dans le district de Muli à Ouvéa (sentier pédestre et sous marin) : 

Dans le cadre de la « Valorisation du patrimoine naturel et culturel d’Ouvéa au profit de ses habitants », le projet INTEGRE a soutenu la structuration d’un pôle de développement éco-touristique dans le district de Muli avec notamment la réalisation de plusieurs aménagements.

mouli ouvea

En Polynésie française :

- Aménagement de sites touristiques nouveaux à Raiatea et Taha'a :

L’aménagement de 2 sites soutenant le développement local en offrant l’opportunité de générer de l’activité économique au bénéfice des populations locales et de proposer des activités de loisirs et éducatives aux habitants des sites. L’enrichissement de l’offre touristique sur les îles de Raiatea et Tahaa. La création de 8 jardins partagés à Uturoa dont une parcelle éducatitive pour promouvoir l’agriculture durable et le bien-manger. Le projet INTEGRE a permis de diversifier l’offre touristique du site en s’inscrivant dans une forme de tourisme de petite échelle, une offre diversifiée (artisanat, randonnées, restauration, produits locaux, sport) à destination des touristes mais également des habitants.

Raiatea amenagement

- Valorisation complémentaire de la zone archéologique d'Opunohu : 

Le projet a permis d’enrichir l’offre touristique actuelle du site d’Opunohu au travers des réalisations suivantes :

Au sein de la zone archéologique et du domaine :

  • La reconstitution de 2 maisons d’habitations
  • La reconstitution d’une zone de culture vivrière
  • Le nettoyage d’un site de culte
  • La mise en place de 40 panneaux d’information sur l’usage traditionnel des plantes le long de 2 sentiers existants et d’un panneau de présentation sur le parking de la zone
  • Un parcours santé

opunohu archeologique

- Développement d'un projet de structure d'accueil à vocation touristique avec la population d'Opunohu : 

En parallèle des aménagements concrets, le projet a facilité le développement d’un projet de structure d’accueil des visiteurs au sein du domaine d’Opunohu. L’émergence de cette activité fait suite au travail de concertation mené par l’équipe du projet en 2015 et 2016 dans le cadre de l’appui à la mise en place d’une gouvernance propice au développement d’un tourisme durable. Ces travaux ont permis d’identifier le besoin d’une meilleure intégration de la population de Papetoai dans la dynamique générée par le tourisme dans le domaine d’Opunohu et de disposer concrètement d’une structure pour pouvoir organiser une offre touristique.

opunohu strusture accueil

- Mise en place d'un comité de gestion pour le jardin de corail de Taha'a : 

Le projet INTEGRE en sa qualité de projet de Gestion Intégrée des Zones Côtières avait pour objectif de mettre en place des projets et dynamiques d’intégration terre-mer, intersectorielles et inclusive de l’ensemble des acteurs comme la mise en place d’une gestion durable du jardin de corail de « Tautau » ainsi que t la création d’un comité de gestion qui rassemble les acteurs concernés, la commune, les prestataires, les hôteliers, les propriétaires fonciers, des habitants…

Tahaa jardincorail

A Pitcairn : 

Bien que le gouvernement britanique subvienne aux besoins essentiels des habitants de Pitcairn, ces derniers aspirent à pouvoir se développer et envisager un futur où l'entreprenariat pourrait également permettre de générer des revenus. L'histoire de Pitcairn en fait un lieu prisé par certains touristes qui viennent parfois de très loin pour découvrir les îles des Révoltés du Bounty. Les projet INTEGRE a donc soutenu les habitants dans la réalisation de 2 produits touristiques:

- Aménagement d'un jardin botanique : 

 pitcairnagri

- Développement d'une activité de soufflage de verre recyclé pour confectionner des souvenirs : 

 pitcairverre

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie