Le Grand Sud

lac de yate2

Le site pilote du Grand Sud calédonien comprend les territoires terrestres et marins de l’extrême Sud de la Grande Terre. Il s’étend sur les communes du Mont-Dore, Yaté
et Île des Pins, et couvre une superficie de 8 418 km2 dont 1 400 km2 pour la partie terrestre. Seul le littoral est peuplé, avec environ 2 000 habitants, répartis dans une douzaine de tribus. La gestion environnementale de cette région relève de la compétence de la province Sud. Le gouvernement a la responsabilité de la zone économique exclusive.

Le projet INTEGRE s’inscrit dans cette dynamique de réseau et vise à appuyer la province Sud et ses partenaires dans leurs actions de promotion et de mise en œuvre des dispositifs de gestion intégrée de cette zone côtière d’exception.

Un atelier régional méthodologique a été organisé en février 2014 avec l’ensemble des partenaires du projet. Une analyse AFOM (Atouts, Faiblesses, Opportunités et Menaces) a été réalisée comme outil de diagnostic et d’aide à la planification du projet.

Cette analyse a contribué à mieux définir la stratégie du projet et à mettre en cohérence les actions. Ainsi, les objectifs retenus spécifiquement pour le projet de site étaient les suivants :

• Renforcer la gestion participative par la mise en place d’animateurs de terrain qui œuvrent au service des initiatives des comités de gestion et de la province Sud.

• Contribuer à la diminution des pressions liées à la fréquentation humaine sur les milieux marins et côtiers.

• Développer une vision stratégique de l’environnement pour mettre en cohérence les politiques environnementales à l’échelle du Grand Sud.

 

Géographie : 

 

carte grand sud

Biodiversité :

Cagous, kaoris, palmiers, baleines à bosse, napoléons, plantes hyperaccumulatrices de nickel, bulimes… la biodiversité du Grand lagon Sud comprend un florilège d’espèces rares et menacées et d’espèces emblématiques. Le taux d’endémisme de la flore atteint par exemple 90 % dans le maquis minier. Ainsi, en raison de sa valeur écologique d'exception, la zone du Grand lagon Sud a été identifié comme "d'intérêt international" pour sa conservation. En témoignent son inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008 et le classement de la région des Grands Lacs à la convention Ramsar en 2014 en tant que zone humide d’importance internationale. À l’échelle provinciale, dix-neuf réserves marines et onze aires terrestres protégées (dont le parc provincial de la Rivière Bleue) ont été mises en place et sont gérées pa la direction de l'Environnement de la province Sud.

iledespins

Economie : 

Le littoral et les massifs miniers concentrent diverses activités économiques. L’exploitation minière occupe une place centrale avec de nombreux sites d’extraction du nickel, des mines orphelines (abandonnées), ainsi que de grandes réserves minières convoitées, mais non exploitées. Sur le secteur de Prony, se trouve le vaste complexe industriel de Vale Nouvelle-Calédonie comprenant une usine de transformation métallurgique du nickel, un port d’import/export, une centrale électrique ainsi que 1 900 ha de mines exploitées et une pépinière pour les opérations de revégétalisation (500 000 plants par an). Ce complexe, situé à 80 kilomètres de Nouméa, fait travailler 3 000 personnes, dont 1 300 en emplois directs (en grande partie logées sur place) et 600 entreprises locales en sous-traitance.

Le tourisme présente un potentiel de développement important. L’Île des Pins est une destination phare de la Nouvelle-Calédonie (135 000 croisiéristes par an). Les différentes attractions touristiques du Grand Sud (parc provincial de la Rivière Bleue, whale watching, cap N’Dua…) accueillent 50 000 touristes par an, essentiellement locaux. La présence saisonnière des baleines à bosse dans la baie de Prony engendre une activité de whale watching qui se structure de plus en plus et a adopté une charte d’observation des baleines. La pêche est pratiquée par des professionnels, mais elle constitue surtout une activité de loisirs et vivrière pour les habitants du Grand Nouméa et les tribus littorales. Le site pilote abrite aussi des activités sylvicoles en développement, une activité de pisciculture marginale (une ferme aquacole d’élevage de picots) et une activité agricole professionnelle très faible, mais relativement importante quand il s’agit de l’activité de subsistance dans les tribus.

economiegls

Pressions environnementales : 

Plusieurs menaces compromettent la qualité environnementale du Grand lagon Sud :

• La présence de réserves minières dont l’exploitation engendre la destruction de la biodiversité et fragmentation des habitats naturels
• Les incendies, également responsables d’un appauvrissement de la biodiversité des sols et de la fragmentation
• La présence d’espèces exotiques envahissantes qui exercent une prédation et une compétition sur la biodiversité indigène
• La pollution du lagon liée à l’érosion des sols des sites dégradés par les activités anciennes (mine, exploitation forestière) qui entraîne lors des fortes pluies un apport excessif de sédiments dans le lagon
• Le développement touristique et l’augmentation de la fréquentation de certains sites qui exercent une forte pression sur certaines ressources (bulimes, ressources halieutiques…) et entraînent des dégradations paysagères et écologiques ainsi que des conflits d’usage avec la population locale

Dispositifs locaux : 

En matière de gouvernance et de gestion du site, plusieurs dispositifs sont en place. L’inscription du Grand lagon Sud au Patrimoine mondial de l’UNESCO et la présence d’une usine classée à haut risque industriel ont fait l’objet d’importants travaux de concertations locales pour structurer la gouvernance et tendre vers un objectif commun de réduction des impacts et de valorisation environnementale. Cela s’est traduit par la mise en place d’une démarche de gestion intégrée, pilotée par la province Sud. Elle met en musique différents acteurs et outils : services techniques de la province, des communes et du gouvernement, experts scientifiques, Observatoire de l’environnement (ŒIL) et population locale. Ainsi il existe :

• Trois comités de gestion locaux (CGL) : CGL de l’île Ouen, CGL de l’Île des Pins et CGL de Goro. Pour coordonner la réflexion à l’échelle du Grand Sud, l’union des comités de gestion a été créée en 2011. Les associations environne- mentales, les fédérations professionnelles, l’ŒIL et les industriels y participent avec un rôle consultatif. Le plan de gestion 2013-2017 du site a été approuvé en 2013.

• Le Pacte pour un développement durable du Grand Sud est une charte signée en 2008 entre Vale Nouvelle-Calédonie et les communautés locales pour une durée de 30 ans. Il engage l’industriel à créer et mettre en œuvre des dispositifs spécifiques pour accompagner le développement du Grand Sud de manière durable. Il s’organise autour de trois dispositifs : la fondation d’entreprise Vale, le Comité consultatif coutumier environnemental (CCCE) et l’association de reboisement.

• La convention pour la protection de la biodiversité, signée en 2009 entre la province Sud et l’industriel Vale, a pour objectif d’éviter, de limiter et de compenser les impacts sur la biodiversité du Grand Sud.

• L’Observatoire de l’environnement (ŒIL), créé en 2009, est une structure associative dont les missions consistent à surveiller l’état de l’environnement et à informer régulièrement les décideurs et le grand public sur cet état.

gls

Un atelier régional méthodologique a été organisé en février 2014. Une analyse AFOM (Atouts, faiblesses, opportunités et menaces) a été réalisée comme outil de diagnostic et d’aide à la planification du projet. Elle est présentée ci-dessous :

afomglsnca

afomglsncb

glsb

Pour atteindre ces objectifs, un plan d’action a été construit et s’est articulé autour de trois activités principales.

activitegls

Activité 1 : Renforcer la gestion participative dans le grand lagon Sud

Il s’agissait de rendre plus efficace le fonctionnement des trois comités de gestion, d’améliorer leur capacité d’action et de les aider à mettre en œuvre une partie du plan de gestion du Grand lagon Sud. Deux animateurs ont été recrutés et ont conduit leur mission pendant toute la durée du projet INTEGRE. Par ailleurs, des fonds ont été alloués à l’élaboration d’actions concrètes dont ils étaient à l’initiative : construction d’une pépinière d’espèces indigènes pour des opérations de revégétalisation, éradication du pin des Caraïbes (espèce envahissante)...

Montant  : 27,8 Mxpf / 231 288 €

Opérateurs : province Sud, comités de gestion de l'île des pins, de Goro, de l'île Ouen

Pour plus de détails, consulter la fiche activité

Activité 2 : Contribuer à la réduction des pressions liées à la fréquentation humaine sur les milieux marins et côtiers

Il s’agissait :

  • d’évaluer le niveau de menace lié à la fréquentation humaine (tourisme, pêche et chasse vivrière)
  • de réaliser des aménagements sur des îlots et sur le littoral afin de concilier la fréquentation touristique avec des enjeux de conservation
  • de mener des actions de sensibilisation et de communication auprès des populations locales et du Grand Nouméa

Montant : 25,4 Mxpf / 212 852 €

Opérateurs : province Sud, comités de gestion de l'île des pins, de Goro, de l'île Ouen, SCO

Pour plus de détails, consulter la fiche activité

Activité 3 : Élaborer un schéma d’orientation et de gestion environnementale à l’échelle du Grand lagon Sud

Il s’agissait d’apporter plus de cohérence et de vision stratégique à la politique environnmentale menée dans cette région où les initiatives sont multiples et parfois peu ou mal coordonnées, faute de moyens transversaux : Patrimoine mondial UNESCO, classement Ramsar, réserves marines, aires terrestres protégées, restauration des sites dégradés, mesures compensatoires, Observatoire de l’environnement (ŒIL). Un chargé de projet a été recruté au sein de la province Sud pour mener une mission de facilitation et de concertation pendant toute la durée du projet. Le projet RESCCUE a apporter des compléments d'expertise pour ce volet.

Montant : 19,4 Mxpf / 162 572 €

Opérateurs : province Sud

Pour plus de détails, consulter la fiche activité

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie