La zone côtière Nord-Est

nord panno poule

Le site INTEGRE de la Zone côtière Nord-Est est dans son ensemble inscrit depuis juillet 2008 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO (zones tampons comprises). Les enjeux qui ont été identifiés sont les suivants :

  • La préservation de l’intégrité du bien UNESCO face aux principales menaces localisées sur la zone tampon terrestre : espèces envahissantes, feux, déchets … ;
  • La préservation et/ou reconquête de la qualité de l’eau ;
  • L’anticipation et la gestion de l’évolution du trait de côte et le maintien et le renforcement d’une dynamique participative et l’implication des acteurs locaux

Les objectifs retenus pour le projet INTEGRE sont de :

  1. Soutenir le processus de gestion en cours en renforçant par l'accompagnement des gestionnaires et acteurs locaux
  2. Participer à la maîtrise des menaces pouvant impacter le site par la mise en œuvre des plans de gestion intégrés sur chaque commune et des actions pilotes de gestion du bassin versant.


Le site pilote de la zone côtière Nord-Est (ZCNE) englobe l’ensemble des bassins versants et zones lagonaires des communes de Poum, Ouégoa, Pouébo, Hienghène, Touho et Poindimié. Il s’agit de la zone maritime et terrestre identifiée comme la « zone côtière Nord-Est » du bien en série inscrit en juillet 2008 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, ainsi que ses zones tampons (marine et terrestre). Il couvre une superficie de 305 000 ha terrestre et 371 000 ha lagonaire.

                                                             carte ZCNE

Ce territoire est reconnu pour sa grande richesse écologique. La partie marine est dans un état de conservation exceptionnel et comporte des originalités remarquables, comme la présence de doubles barrières coralliennes dans sa partie est. La partie nord est également connue pour ses herbiers et ses populations de tortues et de dugong. En outre, l’embouchure du Diahot abrite la mangrove la plus étendue et la plus diversifiée de Nouvelle-Calédonie. La partie terrestre englobe le massif du Mont Panié qui constitue ici le plus grand ensemble continu de forêt de Nouvelle-Calédonie (33 000ha), avec également une continuité altitudinale remarquable (200 à 1600m). Ce milieu contribue fortement à l’exceptionnel niveau d’endémicité végétale (64% des plantes), des insectes et de la faune d’eau douce.

D’un point de vue socio-économique, le site se caractérise par une faible densité de population, environ 15 000 habitants vivant principalement en tribu. L’activité est essentiellement tournée vers les activités vivrières (agriculture, pêche lagonaire frangeante, pêche en eau douce et embouchures, chasse) et secondairement touristiques de petite échelle (gîtes, randonnées, hôtellerie de petite capacité). Une structuration de l’activité commence à s’opérer autour de l’axe éco-tourisme, valorisant les patrimoines naturel et culturel remarquables de la zone. Aucune activité industrielle ou minière n’est présente, excepté la mine de Poum, et l’activité agricole commerciale produit à petite échelle.

Les principales menaces sur les milieux sont liés à :

-        La dégradation des milieux terrestres par le feu (dû en partie à des activités agro-pastoral inadaptées) et les espèces envahissantes. Les ongulés envahissants (cerfs et cochons) causent notamment d’importants dégâts à la végétation par abroutissement comme par piétinement.

-        L’augmentation de l’érosion et de la charge sédimentaire des rivières due à la dégradation des milieux terrestres et à l’exploitation minière actuelle (Poum) et passée (Poindas), ainsi que les aménagements divers (pistes, radiers, défrichement agricole des ripisylves, etc.)

-        Ces phénomènes entrainent une dégradation de la qualité de l’eau de consommation et une dégradation de la qualité environnementale des zones marines sous influence des rivières, et notamment les récifs frangeants, qui de surcroit sont des zones vivrières de première importance. De plus, l’érosion entraine une diminution progressive de la fertilité globale des sols compromettant les activités vivrières et encourageant une accélération de l’agriculture de brûlis (aggravant encore le phénomène).

-        A cela s’ajoute la surexploitation localisée d’invertébrés marins (bénitiers, holothuries) et les dépôts incontrôlés de déchets ménagers.

En matière de gouvernance, ce site a bénéficié d’une dynamique positive forte depuis son inscription dans le bien en série sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. La démarche est pilotée par la DDEE (direction du développement économique et de l’environnement) de la province Nord qui a fait le choix de travailler à l’échelle communale. Les 6 communes ont fait l’objet d’un diagnostic environnemental participatif préalable à la mise en place d’un plan de gestion de la zone inscrite. Les comités de gestion associés ont été créés entre 2009 et 2010. Deux plans de gestion sont finalisés sur Pouébo et Hienghène et seront validés très prochainement par l’assemblée de province nord. Sur les autres communes, les plans de gestion sont prévus pour 2014 et 2015. En parallèle de ces plans de gestion, la province soutient la création d’associations à l’échelle communale, découlant des comités de gestion, en charge de la mise en œuvre des plans de gestion. Deux associations (Association Ka Poraou à Hienghène et l’association pour la gestion de l’AMP de Hyabé-Lé-Jao) bénéficient d’un poste salarié à temps plein pour mener à bien leurs actions.

De plus, le site comprend une aire protégée terrestre et trois aires protégées marines :

-        La réserve (terrestre) de nature sauvage du mont Panié (environ 5400 ha en catégorie UICN Ib) voit s’agréger des mesures de gestion depuis une dizaine d’années, par l’intermédiaire d’une association locale (« Dayu Biik ») regroupant les représentants des populations riveraines. Cette association emploie de façon permanente trois salariés, et s’appuie ponctuellement sur une dizaine de personnes. Cette réserve est dotée d’un plan de gestion 2012-2016 approuvé par l’assemblée de Province le 26 octobre 2012.

-        Trois aires marines protégées : l’aire de gestion durable des ressources de Hyabe-Lé Jao (Pouébo), (7080 ha) et sur Hienghène, la réserve de nature sauvage de Dohimen (3712 ha en cat. Ib) et le parc provincial de Yeega (656 ha en cat. II).

Aujourd’hui, les populations des 6 communes sont soit déjà impliquées dans la gestion d’aires protégées terrestres et marines, soit engagées dans la dynamique de gestion de la zone inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

De plus, de nombreuses initiatives sont en cours sur le site :

-        Pour la partie terrestre : Projet ICONE : (Initiative pour le Contrôle des Ongulés sauvages en province Nord en faveur de l’Environnement) piloté par Conservation International ; programme de lutte contre le pinus, action de reforestation, plan de gestion des déchets, plan d’action pour une gestion intégrée des bassins versants d’alimentation en eau potable de Hienghène ; projet européen BirdLife Pacific Invasive Species Programme sur le massif des lèvres mené par la SCO (lutte contre les espèces envahissantes cerfs et cochon).

-        Pour la partie marine : sensibilisation aux bonnes pratiques de pêche, projet de science participative sur les espèces emblématiques, suivi biologique sur la ZCNE, suivi de ponte de tortue, dératisation des ilots, ramassage de déchets et macro déchets le long des plages, pose de panneaux de sensibilisation, suivi de la fréquentation des centres de plongée…

 

3 grandes activités sont prévues :

Activité 1. Renforcer la gestion participative sur l’ensemble de la ZCNE et mettre en réseau les comités de gestion et les associations liées

La gestion participative du patrimoine mondial de la ZNCE est organisée à un niveau communal avec un comité de gestion et une association de gestion liée pour les 6 communes de la zone. L’idée est de renforcer l’animation pour :

-        d’une part, accompagner les comités de gestion dans la mise en place de leurs plans de gestion

-        d’autre part, donner une unité à la démarche Patrimoine Mondial au niveau du site ZCNE et mettre en réseau les différentes structures. 

Pour cela, un coordinateur sera recruté par la province Nord, des outils de mise en réseau seront créés et des actions transversales sont prévues à l’échelle de la ZNCE

Montant sollicité : 32.35Mxpf / 271 093 €

Opérateurs : province Nord / Associations de gestion, autres à définir

Pour plus de détails, consulter la fiche activité                   

carto animation PM ZCNE    

Activité 2. Renforcer la gestion participative et intégrée du bien UNESCO sur Poindimié

Il s’agit de financer un animateur à temps plein au sein de l’association Popwadene, dont le rôle sera de gérer l'association, participer à l'élaboration du plan de GIZC et à sa mise en œuvre.

Montant sollicité : 15,275Mxpf/128 004 €

Opérateur : Association Popwadene

Pour plus de détails, consulter la fiche activité             

etat des lieux gestion participative            

Activité 3. Collecter et traiter les véhicules hors d'usage et épaves sur 2 communes de la ZCNE

Les véhicules hors d’usage et les épaves sont classés parmi les déchets dangereux. Ils ont potentiellement un impact négatif fort sur les nappes et le lagon. Il s’agit d’enlever ces épaves sur Pouébo et Ouégoa, en impliquant les comités de gestion pour identifier les véhicules, sensibiliser et convaincre leur propriétaire de la nécessité de leur enlèvement.

Montant sollicité : 5 Mxpf / 41 900 €

Opérateurs : Communes de Pouébo et Ouégoa

Pour plus de détails, consulter la fiche activité                       

Activité 4. Protection et restauration forestière du bassin versant d'un captage d'adduction d'eau potable, commune de Tuo Cèmuhî (Touho) 

L’activité pilote vise à accélérer le processus de retour de la couverture forestière sur le bassin versant d’un des principaux captages gravitaires AEP de la commune de Tuo Cèmuhî (Touho), le bassin de Hâciinèn, situé dans la tribu de Pwö-i (Poyes), par de la régulation des ongulés envahissants, cervidés et cochons féraux et des actions de restauration du couvert végétal.

Montant sollicité : 15,219 Mxpf/127 538€

Opérateur : l'ONF international

Pour plus de détails, consulter la fiche activité   

 

Le comité local INTEGRE du projet est constitué depuis le 5 septembre 2014. Il rassemble un représentant de chacune des 6 communes de la zone Côtière Nord-Est, des 6 comités de gestion et des associations de gestion associées, ainsi que la province Nord, le CEN et la CPS : voir le CR du premier comité local.

Concernant la mise en oeuvre du plan d'action :

  • Activité 1 "coordination et animation de la gestion à l'échelle de la ZCNE" : Préparation du recrutement du coordinateur à la province Nord prévu pour fin 2014 ;
  • Activité 2 "Renforcement de la gestion intégrée et participative sur Poindimié" : Préparation du recrutement d'un animateur pour l'association Popwadene de Poindimié ;
  • Activité 3 "enlèvement des VHU sur 2 communes" : activité en phase préparatoire ;
  • Activité 4 "lutte contre les ongulés envahissants" : activité en cours de définition.

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie