INTEGRE

et a réuni 100 participants provenant des 3 Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM) français de la région, mais aussi de Fidji, de France, de Samoa et du Vanuatu.

 article cloture integre 01

"Atelier de clôture du projet INTEGRE, photo de groupe" (07/12/17)

L’atelier de clôture du projet INTEGRE s’est déroulé à Nouméa, au siège de la Communauté du Pacifique (CPS) du 4 au 8 décembre 2017 et a réuni 100 participants provenant des 3 Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM) français de la région, mais aussi de Fidji, de France, de Samoa et du Vanuatu.

La phase opérationnelle du projet INTEGRE prend fin en janvier 2018. Cet atelier avait pour objectif de faire le bilan de quatre années d’actions en rassemblant tous les partenaires ayant participé au projet et des partenaires régionaux. Il était constitué de 3 séquences :

- un atelier technique régional de « Participation du public dans la gestion et les décisions en matière d’environnement » co-organisé avec le projet RESCCUE ;

- une sortie de terrain à l’ile des Pins

- et enfin, la clôture du projet proprement dite.

La première séquence de l’atelier, dédiée à une réflexion sur les démarches participatives, revenait sur un principe, la participation du public, qui a été au cœur de la mise en œuvre du projet, de l’identification des enjeux et besoins à l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’action et de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC). Elle a permis d’aborder les différentes réalités, concrètes et contrastées, de ces pratiques à travers des témoignages d’acteurs et des exemples issus des projets INTEGRE et RESCCUE. Les participants ont ainsi pu partager leurs expériences, identifier des « bonnes pratiques » et certaines spécificités océaniennes.

Selon Tehani Leyral, de la commune de Moorea, « pour construire un projet efficace, il faut prendre le temps de la concertation et de la participation, mais aussi mener des actions concrètes en même temps pour mobiliser la population ». Ces journées ont suscité des échanges nombreux, montrant tout l’intérêt et les questionnements des acteurs de terrain sur ces processus qui s’installent durablement au cœur des pratiques institutionnelles de la région. Armelle, élue municipale de Polynésie française témoigne : « Cet atelier nous a permis de mettre des mots sur ce qu’on vit au quotidien et de prendre du recul. Ça nous aide à trouver le bon équilibre dans la participation ».

Le 6 décembre, l’ensemble de la délégation s’est rendue à l’île des Pins, qui fait partie du site-pilote INTEGRE du grand Sud en Nouvelle-Calédonie. Cette journée était co-organisée avec la province Sud qui a présenté les actions qu’elle y a menées avec ses partenaires locaux (comité de gestion, collège, associations …) dans le cadre d’INTEGRE : présentation de la pépinière du collège, restauration d’une zone brulée par le feu, communication pour les touristes… Un des moments forts a été la coutume d’accueil à la grande chefferie. La délégation a été reçue par le grand chef qui a remercié l’engagement de la CPS et l’importance que tous les peuples du Pacifique s’unissent dans la lutte contre le changement climatique : « Ce sont nous les hommes qui mettons le feu, qui ratissons les fonds marins et oublions d’où on vient. Merci d’être venus chez nous pour nous rappeler que nous sommes un seul peuple, le peuple de l’Océanie ».

La dernière séquence était consacrée à la clôture du projet INTEGRE et avait pour objectif de partager entre PTOM, de capitaliser en réfléchissant collectivement aux facteurs de réussite et aux faiblesses du projet et enfin d’identifier les pistes de pérennisation des activités mises en œuvre. Les présentations étaient centrées sur les expériences marquantes des territoires dans l’ensemble des thématiques du projet : développement économique local, gestion des déchets et des polluants, ou bien encore l’agriculture biologique et la gestion des pêches lagonaires. Les retours des acteurs de terrain sont très positifs. Selon Antoine Barnaud, vétérinaire de la province des îles Loyauté : « Le projet a mobilisé toute l’île d’Ouvéa et a permis de sensibiliser beaucoup de monde. Il a constitué un apprentissage très fort sur ce qu’est une espèce envahissante et la difficulté à l’éradiquer. C’est très important à Ouvéa où le rat noir n’est pas encore présent ».

Heu, représentant du Lavelua du Territoire des îles Wallis-et-Futuna témoigne : « INTEGRE nous a aidé pour communiquer auprès de la population et je remercie le projet INTEGRE pour cette ouverture ».

Les activités de coopération régionale du projet ont également été analysées et évaluées. Les témoignages des participants ont mis en lumière l’intérêt de ces actions de coopération et l’importance de les poursuivre dans le cadre du 11ème FED. Selon François Japiot, du Réseau des Chambres d’Agriculture du Pacifique : « Le projet a permis la constitution de la communauté du Pacifique de l’agriculture Biologique. Les échanges ont induit des avancées spectaculaires chez les agriculteurs. INTEGRE a produit des résultats tangibles prouvant la viabilité technique et économique de l’agriculture Bio dans le Pacifique ».

En terme de capitalisation, il ressort que l’inscription des actions au sein des politiques publiques et l’association forte des populations locales à la construction et la mise en œuvre du projet devrait assurer la pérennisation des activités du projet. La flexibilité du projet a été louée car elle a permis de réaliser des actions ciblées sur les besoins des PTOM.

Lors de la table ronde finale, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre en charge de l’Environnement en Polynésie française, s’est réjoui que le programme Integre soit basé sur le principe de l’échange et du partage entre les pays du Pacifique, avec un échange des expériences et des partages d’informations. « Nous essayons depuis 3 ans de maintenir des relations privilégiées entre les pays du Pacifique sur des thématiques communes comme la gestion de l’écotourisme, la gestion des espaces emblématiques ou encore la gestion d’espace maritime et notamment sur les modèles de gestion comme la réserve de biosphère. Le maintien de ce lien est très important pour les Pays du Pacifique ».

Enfin, les participants ont été invités à résumer le projet en un mot. En voici quelques-uns : Ensemble ; Respect ; Partage ; Collaboration ; Echanges ; gagnant-gagnant ; Osons ; Océanie ; Participatif ; Merci ; Adapté ; Humain.

lien vers le programme, les compte-rendus, la liste des participants et les présentations réalisées lors de l'atelier :

Consulter tous les documents

Liens vers les réseaux sociaux et articles relayés dans la presse :

Facebook :

Twitter :

Presse :

 

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie