Nouvelle-Calédonie

Ce 27 juin s’est tenu à la Société Civile Agricole de Houaïlou, ferme pilote biologique du projet Integre, une journée d’ateliers et d’échanges à destinations des producteurs du réseau Biocalédonia, des techniciens agricoles de la DDEE et des étudiants du lycée agricole de Do Neva. Ces ateliers, dispensés par des professionnels du secteur, partenaires du projet Integre, avaient pour objectif :

    1) La démonstration et la préparation d’extraits végétaux fermentés utilisés comme insectifuge (Aline Sahile, coordinatrice du projet Integre)

    2) L’identification des insectes auxiliaires et ravageurs des cultures (Christian Mille, entomologiste de l’IAC)

    3) L’identification des différents types de maladies, leurs symptômes et les agents responsables (Didier Pastoux du GDS-V, CANC).

Cette journée a suscité un vif intérêt de la part des participants, notamment l’atelier sur les bio-pesticides utilisés comme alternatives aux produits phytosanitaires. En fin de journée, les débats ont porté sur les besoins et attentes de chaque groupe cible. Pour les producteurs, l’implication des institutions et le développement de la recherche sur l’efficacité des substances actives des plantes, localement reconnues pour leur effet répulsif, fertilisant, nématicide, fongicide, sont nécessaires pour répondre au besoin de réforme de la politique agricole du gouvernement de Nouvelle-Calédonie.

Les attentes des techniciens agricoles portaient plutôt sur les méthodes de production de ces purins pour le traitement d’exploitations agricoles de grande surface (disponibilité des plantes utiles, consommation en eau, etc.). Lors de l’atelier de démonstration, de nombreuses plantes ont été mentionnées par les participants pour leurs usages recherchés en agriculture biologique, notamment, des plantes envahissantes qui pourraient également entrer dans la composition de recette de bio-pesticides, répondant ainsi au manque de matériel végétal ou encore de bio-fertilisants pour les sols.

Les étudiants ont par ailleurs fortement apprécié l’atelier de l’IAC sur l’identification des insectes utiles et nuisibles et souhaiteraient qu’une formation en entomologie leur soit dispensée. En effet, la reconnaissance des ravageurs et auxiliaires des cultures leur permettrait d’améliorer leur capacité d’intervention sur les parcelles agricoles, en ne recourant aux bio-pesticides qu’en cas de nécessité.

Au niveau de l'identification des maladies des végétaux abordés au cours de l'atelier du GDS-V, les techniciens ont apprécié la formation et souhaiteraient un approfondissement sur l'identification symptomatologique des maladies pour optimiser la reconnaissance des maladies aux champs et le conseil aux producteurs.

 

 

initiative des territoires du pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement

2014 © CPS - Réalisation Skazy : sites internet en Nouvelle-Calédonie